عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

 

le qur’ân, objectifs et morale

 

le qur’ân(1) est le livre céleste qui clôt les deux révélations précédentes. il renferme l’essentiel de ce qu’ils contenaient concernant la foi, le culte et le style de comportement humain. on peut dire globalement, sans lui rendre tout son dû : c’est un symposium pour les savants, un lexique pour les linguistes, un maître enseignant de grammaire pour qui veut améliorer son style, une encyclopédie de connaissances, de lois et d’arrêts ; une direction infaillible, claire et foncièrement logique, pour le commun des mortels ; un éternel miracle qui soutient le message du prophète muhammad ( bénédictions et salut sur lui) ; une constitution contenant tout ce qui concerne l’être humain, pour sa vie terrestre et pour la vie future. une des caractéristiques du qur’ân, est la clarté précise, d’un raisonnement convaincant, contenant tous les éléments de la rhétorique, de l’élaboration du discours, de la recherche et la disposition des arguments, et de l’élocution, d’une poétique inégalable. pour ne rien dire des maximes, des sentences morales dont la profondeur et la portée demeurent d’une actualité indépassable. la révélation du qur’ân s’étendit sur 23 ans, le long desquels les versets étaient révélés par intermittence, jusqu’au décès du prophète, en 632 de notre ère.

 

le qur’ân renferme les paroles d’allah(2) révélées au prophète muhammad, par une inspiration distincte, en langue arabe, par l’intermédiaire de l’ange gabriel. elles furent transmises

successivement, sans la moindre altération, par écrit et oralement. il est composé de 114 sûrah(3) (chapitres), classées selon un ordre décroissant. les suwar sont subdivisées en versets, le nombre total est 6326 versets. il n’a point connu de problèmes scripturaires comme la bible. car de toutes les religions monothéistes, l’islam est la seule dont les sources aient été fixées dès l’origine. le qur’ân étant le seul livre qui jouit d’un privilège unique, parmi tous les textes révélés : il n’a subi aucune manipulation ou autre astuce. la fixation intégrale a été effectuée du temps du prophète. c’est pourquoi il représente l’eternel miracle de l’islam par son caractère inimitable, convaincant et parfait à la fois. c’est un défi lancé à quiconque dénie sa révélation. le mot qur’ân comprend deux sens : l’un est linguistique, c’est le nom verbal du verbe qara’a, dans le sens de lecture, tel qu’il est dit dans un des versets : « c’est à nous qu’incombe son assemblage et sa lecture. quand nous le lisons, suis alors sa lecture » (75 : 17,18) ; l’autre, est le nom propre même de ce livre, saint, sacré et immaculé : al-qur’ân, dans le sens de la lecture par excellence. a part ce nom propre, le qur’ân possède cinquante-cinq noms ou attributs, qui lui furent donnés le long des versets. il est appelé, entre autres : livre, livre evident, noble ecrit, paroles d’allah, lumière, lumière evidente, direction infaillible, direction et miséricorde, chemin de rectitude, tranchant, nouvelle grandiose, révélation du seigneur des univers, connaissance, science, annonciation et avertissement... de même, dix des attributs d’allah lui sont accordés, tels : l’invincible, le précis, le dominant, le vrai, mais les noms les plus usités par les musulmans sont : al-qur’ân (la lecture), al-kitâb (le livre) et al-furqân (le critère). le qur’ân fut révélé en langue arabe, pure et évidente, car c’est la langue du peuple du prophète muhammad, parmi lequel il fut envoyé comme messager. il est écrit dans un des versets : « et nous n’envoyâmes de messager, sinon dans la langue de son peuple, afin qu’il leur explicite » (14, 4). ce qui prouve que l’evangile, révélé à jésus, était en langue araméenne, la langue de son peuple, et la sienne, non en langue grecque ou latine, comme prétendent les manipulateurs !

 

a part la langue propre à chaque peuple, chaque prophète fut soutenu par des miracles qui appuient sa vocation. les miracles de tous les prophètes précédents se situent sur le plan concret, tel le bâton de moïse, la chamelle de salih, les guérisons qu’opérait jésus, par le vouloir d’allah. tous ces miracles prirent fin avec l’écoulement des époques au cours desquelles ils furent accomplis. seul, le miracle de muhammad se situe sur le plan moral : c’est le qur’ân, qui demeurera le long des temps et de l’espace, car c’est le seul texte révélé qui soit gardé intacte, sans la moindre manipulation, ne serait-ce d’une seule de ses lettres. et quel que soit le progrès matériel réalisé, le qur’ân, invincible et evident, révèle des preuves qui répriment tout dénégateur de vérité, dénégateur de sa révélation. c’est ce que maurice bucaille a très bien exprimé dans son ouvrage intitulé : « la bible, le coran et la science », en disant : « lorsqu’on est à même de vérifier les énoncés des ecritures à l’aide des données sûres, l’incompatibilité du récit biblique avec les acquisitions de la connaissance moderne est mise nettement en évidence. a l’opposé, le récit coranique s’avère exempt de tout élément qui suscite la critique objective. »

-------------------------------------------

 

(1)nous adoptons l’orthographe qur’ân, qui est la plus proche de la prononciation arabe, dans l’espoir de la voir se généraliser dans les textes français, au lieu de cette forme distordue de « coran » définitivement choisie vers le début des années soixante-dix !

(2)nous maintenons le nom d' "allah" dans sa transcription phonétique arabe, et non "dieu", car un nom propre ne se traduit pas, mais on le transcrit. puis, la conception théologique diffère dans ces deux appellations : pour les chrétiens, dieu est une trinité, une trinité qui tourne de nos jours vers une christologie plus accentuée, vers l'adoration d'un être humain, déifié par l'eglise en 325, au ier concile de nicée ! ce qui représente, pour les musulmans, une forme de polythéisme inadmissible et inconcevable à la fois. car allah est unique, rien ne lui est semblable.

(3)c’est la transcription la plus proche pour le mot en arabe, et non sourate, tel qu’il est usage de la franciser ! le pluriel est suwar.




                      Previous article                       Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا