عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

la miséricorde du prophète de l’islam
 
le pardon, le fait de passer sur les fautes et accepter les excuses est un des comportements du prophète.
 
aicha  dit : « je questionnai le prophète : « as-tu vécu un jour plus pénible que celui de la bataille d’ouhoud ? » il répondit : « certes, j’ai eu bien à souffrir de ton peuple, mais ce qui fut le plus pénible de leur part eut lieu le jour d’al-aqaba. ce jour-là, je demandai à ibn abdil yâlîl ibn abdi-koulâl de me soutenir, mais il ne me répondit point. dès lors, je m’en retournai ne sachant plus où m’orienter et je ne recouvris mes esprits qu’après avoir atteint qarnou-tha’âlib[1]. soudainement, en levant la tête, je vis un nuage dont l’ombre m’enveloppa. je continuai à regarder puis j’aperçus en son sein gabriel. il m’appela et me dit : « allah a bien entendu ce qu’a proféré ton peuple contre toi et la façon dont ils t'ont traité[2]. alors, il t’a envoyé l’ange des montagnes. l’ange me salua et me dit : ô muhammad ! allah a bien entendu ce qu’a proféré ton peuple contre toi ; je suis l’ange des montagnes et allah m’a envoyé vers toi pour que j'exécute l'ordre que tu me donneras, car si tu veux, je peux les recouvrir des deux montagnes (al-akhchabayne)[3]? »non, répondis-je, car de leurs flancs, j’espère qu’allah fera sortir des personnes qui l’adorent seul et sans rien lui associer. »[4]
 
ceci est sa clémence envers les mécréants qui l’ont combattu, offensé, chassé de son pays et qui se sont enjoints de le tuer ; il mérite sans le moindre doute la description qu’allah fit de lui :
 
(et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers.)[5]
 
sa miséricorde et son pardon furent encore plus grandioses, lorsqu’il rentra à la mecque en conquérant et en victorieux, alors que ceux qui auparavant l’avaient démenti et combattu étaient devenus ses proies. à ce moment, l’histoire s'arrêta pour contempler ce qu'allait faire muhammad de ceux qui lui avaient livré bataille pendant vingt longues années. ce jour-là, des musulmans pensèrent qu'ils allaient enfin pouvoir se venger, et dirent : « ce jour est un jour de lutte sanglante. »[6] le prophète  rétorqua : « non, ce jour est plutôt un jour de clémence. » ensuite, il se tint face aux vaincus en disant : « ô habitants de la mecque ! que pensez-vous que je vais faire de vous aujourd’hui ? »ils répondirent : « du bien, car tu es un frère généreux, fils d’un frère généreux ». le prophète  reprit : « je vais vous dire ce que yousouf avait dit à ses frères : « pas de récrimination contre vous aujourd’hui ». allez-vous-en, vous êtes libres ».[7]
 
un prophète interdisant à ses compagnons de tuer un passereau sans excuse, ne peut en aucun cas, faire preuve d’indulgence, lorsqu’il s’agit d’excuser le meurtre de personnes qui ne le méritent pas. c’est pour cette noble raison que le prophète  dit : « je suis certes une miséricorde offerte (à l’humanité). »[8]
 
----------------
 
[1]ceci eut lieu lors de son retour de taif (ville à 70km environ de la mecque) le mois de dhoul-qa'dah de l'an 10 après le début de sa mission, l'année que certains historiens ont appelée « l'année de la tristesse ». le prophète  perdit en effet cette année-là son oncle abou talib puis peu de temps après sa femme khadijah, après la rupture de l'embargo économique que qoureych avait imposé au prophète, à sa famille (banou hachim et banou al-muttalib), musulmans et non-musulmans confondus. ils avaient été contraints à vivre trois longues années dans le vallon de abou talib en se nourrissant essentiellement de feuilles d'arbres et de peaux. ayant perdu le soutien et la protection de son oncle, le prophète  décida alors de se rendre à taif pour exposer l'islam à ses notables et y chercher un nouvel appui ainsi qu'un refuge face au mauvais traitement que qoureych leur faisait subir à la mecque. malheureusement, les habitants de taif réagirent de façon désobligeante et malveillante envers le prophète  et ordonnèrent à leurs enfants et à leurs simples d'esprit de l'expulser de la ville en lui jetant des pierres. le prophète  fut blessé à tel point que ses sandales en furent toutes ensanglantées. il ne recouvrit ses esprits qu'à qarn ath-tha'aalib, une localité proche de taif sur la route de son retour à la mecque, et c'est là que l'ange des montagnes lui apparut.
 
[2]une des réponses que le prophète reçut d'un des notables de taif fut notamment celle-ci : « allah n'a trouvé que toi (comme prophète) ? »… gilles kervenn.
 
[3]cela signifie : si tu me l'ordonnes, j’écraserai les polythéistes de taif entre les deux montagnes qui entourent la mecque. ndt.
 
[4]rapporté par boukhâry.
 
[5](les prophètes, v.107)
 
[6]cela signifie un jour de tuerie et de vengeance.
 
[7]rapporté par dârimy. voir « fath al-bâry » et « moukhtassar as-sîra » de mouhamad soulaymân tamîmy.
 
[8]rapporté par al-hâkim et authentifié par albâny.



                      Previous article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا