عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

 

préface
 
 
 
louange au maître des mondes, que les meilleures de ses prières et les plus agréables de ses saluts soient sur tous ses messagers, en général et sur notre prophète, en particulier.
 
il est incontestable que le musulman est entièrement imbu de la mission divine confiée à mohammed – bénédiction et salut de dieu sur lui – (b.s.d.l) comme il est persuadé qu’il doit, non pas l’imposer à autrui, mais la lui exposer clairement. tous les musulmans croient fermement que le fait d’authentifier la réalité de cette mission constitue le couronnement de la base, première et primordiale, de leur religion. aussi se sentent-ils obligés de produire toutes les preuves logiques et irréfutables en vue de concrétiser ce noble but.
 
en réalité, les moyens de confirmer la véracité de cette  mission sublime sont nombreux et variés. signalons, parmi ces derniers, les annonces émises par les prophètes antérieurs. ceux-là ont exprimé la volonté divine d’envoyer le dernier des apôtres célestes pour transmettre la dernière religion que dieu a voulue pour l’humanité jusqu’au jour du jugement dernier.
 
les musulmans se sont intéressés beaucoup à ce moyen car il étale les preuves qui mettent en question les convictions erronées des gens du livre plusieurs siècles avant l'avènement de ce prophète.
 
les gens du livre, juifs et chrétiens, croient en l’existence de ces annonces et ne les renient pas, ils sont persuadés de leur signification et de leur portée concernant le sceau des messagers divins, appelé encore l’extraordinaire prophète qui va apparaître. cependant, ils sont convaincus qu’il sera choisi parmi les israélites. les chrétiens pensent qu’il s’agit de jésus fils de marie (b.s.d.l). les juifs, eux, l’attendent toujours. notre objectif, par le biais de ce livre, consiste à prouver que ce messie attendu n’est autre que mohammed (b.s.d.l) et qu’il ne peut être l’un des autres généreux apôtres.
 
nous avons déjà décrit l’état de ces livres qui renferment ces annonces. nous en avons cité des passages non pas pour témoigner en faveur de leur authenticité, mais plutot pour plonger à la recherche, dans leurs lignes, de peu de traces se rapportant à la dernière révélation céleste. non seulement, nous ne démentons pas ce peu d’informations qui touche à cette question, mais nous y  croyons. elles certifient ce que nous connaissons. notre prophète a reconnu l’existence d’une part de vérité dans ces livres, il a dit : « ne posez aucune question aux gens du livre. ils peuvent vous parler d’une vérité en laquelle vous refuserez de croire ou d’un mensonge que vous pourrez prendre comme une vérité ».
 
si certaines informations et idées contenues dans ces livres sont confirmées par des versets coraniques ou par des hadîths, nous pensons alors qu'elles ont échappé totalement ou partiellement à la dénaturation. dieu nous a mis en garde : ﴾les impies disent « tu n’es pas un envoyé » réponds-leur : « dieu et toute personne qui connaît l’ecriture suffisent comme témoins entre vous et moi »﴿[1]
 
le nouveau testament, en dépit des niaiseries et des falsifications qu’il a subies, renferme de nombreuses annonces prédisant la venue du dernier des messagers divins. ces annonces, pour les chrétiens, ne se sont pas encore réalisées. nous sommes donc en mesure de nous poser la question : « quand se concrétiseront-elles? deux mille années nous séparent de la naissance de jésus fils de marie (b.s.d.l) et rien ne confirme ces annonces.» le fait de prétendre qu’elles ne se sont pas encore matérialisées, malgré l’immense écart du temps, diminue de la valeur de ce livre aux yeux de ses lecteurs.
 
ces raisons nous poussent à lancer un appel sincère pour une réflexion sérieuse à propos de ces annonces et à leur relecture à la lumière de l’avènement de l’islâm et donc à l’apparition de son prophète. nous sommes certains que cette nouvelle démarche mènera à la découverte de la vérité et à la croyance honnête en la mission de notre prophète mohammed (b.s.d.l).
 
nous n’avançons pas cette opinion en conjecturant sur l’inconnu, mais c’est une réalité historique que reconnaîtra toute personne qui étudie objectivement ce messager et sa biographie. héraclius premier, empereur des byzantins (610-641) sollicita l’avis des hauts dignitaires de l’église orthodoxe, lorsqu’il reçut la missive de l’apôtre arabe par laquelle il l’invitait à se convertir à l'islam, synthèse de toutes les religions monothéistes précédentes. la réponse lui parvint quelques temps plus tard, elle était positive. aussitôt il s’adressa aux représentants de ses sujets et leur déclara : « je vous ai convoqués pour vous annoncer un immense bienfait. j’ai reçu une lettre de cet homme[2] qui me conseille de me convertir à sa religion, car il est, en effet, le prophète que nous attendions. notre livre en parle. suivons-le donc et croyons en son message, ainsi nous gagnerons nos deux vies, celle de ce monde éphémère et celle de l’au-delà.»
 
            dans la version rapportée par el-boukhârî, héraclius a clamé : « ô byzantins, voudriez-vous gagner la bonne orientation et la félicité? voudriez-vous voir votre empire perdurer et se perpétuer, alors croyez en cet homme!» ils se ruèrent, pareils aux zèbres, vers les portes qu’ils trouvèrent fermées. désespéré par leur attitude aveugle et certain de leur obstination, il leur confia : « je n’ai prononcé les paroles que vous avez entendues que pour sonder votre attachement à votre religion. j’ai donc compris et j’en ai pris acte.» ils se prosternèrent devant lui et furent satisfaits de sa déclaration[3].
 
            si le magistrat suprême des byzantins est revenu sur la vérité de son témoignage initial et qu’il ne prit pas l’islâm comme religion – c’est d’ailleurs le cas de nombreuses personnes qui connaissent la vérité et qui refusent de la reconnaître – le négus, roi des rois de l’ethiopie, a cru en la mission du dernier des messagers et a affirmé aux hauts cadres religieux de son royaume : « ô prêtres et ô moines, ce que disent ces gens-là au sujet de jésus fils de marie est exactement pareil à ce que nous croyons, ils n’ont rien ajouté.» puis s’adressant aux émigrés musulmans qui avaient fui les tortures que leur infligeaient leurs concitoyens polythéistes, il les rassura et leur dit : « soyez les représentants bienvenus de celui qui vous a délégués chez moi. sachez que je témoigne qu’il est l’envoyé de dieu, celui-là même dont jésus a prédit la mission. si je n’étais pas roi, je l’aurais rejoint chez lui pour porter ses sandales (pour le servir).[4] »
 
la limpidité des annonces concernant l'apparition du dernier messager divin et contenues dans les livres sacrés des juifs et des chrétiens, a incité des dizaines de personnalités non musulmanes à se convertir à l’islâm, comme el-hassane ibn ayyoûb, et-tourdjoumâne, ziyâdat en-naçab er-râssî, le prêtre abdel-ahad dâoud, ibrahîm khâlîl, maurice bucaille et tant d’autres.
 
nous appellerons, dans plusieurs passages de notre étude, le messager à venir - celui qui a été annoncé - par l’une des deux expressions « le prophète attendu » ou « le messie attendu.» nous nous sommes conformés, ce faisant, à l’usage utilisé par les hébreux pour désigner ce prophète promis par dieu.
 
nous implorons l’omniscient de nous permettre de connaître et de faire connaître ce prophète, nous lui demandons de nous gratifier de la foi solide et de nous placer sous son étendard, le jour du jugement dernier. dieu est en mesure de réaliser tout cela et même beaucoup plus.
 
 
 
 
 
dr mounqidh ibn mahmoud assaquâr.
 
-----------------------------
 
[1]) verset 43 de la sourate d’er-ra‘d.
 
[2]) il s’agit du prophète mohammed (b.s.d.l) le lecteur l’a compris. (n.t)
 
[3]) rapporté par el-boukhârî  dans son sahîh ( t 7)
 
[4]) rapporté par abou dâoud : t 5 page 320 et par ibn abî chaïbah : t 14 page 346.



                      Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا