عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

Sous catégorie Articles
Auteur Zeinab Abdelaziz
Date d'ajout 2012-08-14 03:00:18
Traduit en
العربية    English   
visité 1577
Envoyer cette page à un ami
العربية    English   
Envoyer cette page à un ami Imprimer Télécharger sous format word Share Compaign Bookmark and Share

   

 

 

2 – Le Qur’ân et la divinité de Jésus :

La déification de Jésus représente la barrière insurmontable et incontournable qui sépare chrétiens et musulmans. Et qui dit déification de Jésus, suscite instinctivement son inséparable corollaire, la Trinité, puisque les deux constituent des parties intégrantes, d’un même dogme. Mais avant d’aborder ce que dit le Qur’ân sur « cet immense blasphème », il est nécessaire de voir la trajectoire de ce dogme qui, jusqu’à nos jours, n’a point finit de susciter des schismes et des réactions parmi les adeptes du christianisme et ses institutions. Ce qui mène à dire, lorsqu’un dogme, depuis sa formation et le long de deux mille ans presque, trouve du mal à se faire accepter, ou suscite tant des combatsqui vont jusqu’aux meurtres prémédités, cela veut dire qu’il y a quelque chosed’incompréhensible.

Nul n’ignore que le mot Trinité ne figure point dans le Nouveau Testament, ni dans les textes de la première communauté chrétienne. Le mot grec « trias », qui signifie « trois » par rapport aux trois personnes divines, parait pour la première fois vers 180, c’est-à-dire bien après la rédaction des évangiles, et c’est Tertullien(150-220) qui a introduit le terme « Trinitas »,presque deux siècles après la dite crucifixion. Quant à l’idée de la divinité de Jésus, elle apparaît à la fin du premier siècle, dans les textes attribués à l’apôtre Jean, qui fit de Jésus le « Verbe de Dieu » : « Au début était le Verbe ; leVerbe était avec Dieu et Dieu était le Verbe », dit-il ! Formule qui joua un rôle considérable dans l’établissement de cette doctrine et la place qu’elle tient, dans la tradition chrétienne, bien qu’une analyse logique du texte lui portelargement atteinte.

A noter que le monothéisme, dès le début, fait une transcendance absolue de la divinité : « Ecoute, Israël, l’Eternel, ton Dieu, est un » (Deut. 6 : 4). Et Jésus, dans plus d’une dizaine de phrases, fait une distinction nette, catégorique, entre lui et Dieu, le Créateur de toute chose. Problèmes et querelles commencèrent dès les primes tentatives de déviation de cette transcendance absolue et l’obstination inébranlablepour ordonner autre chose. Déjà au premier Concile de Nicée, qui l’imposa, il existait 130 tendances chrétiennes différentes.

« La Trinité est le mystère d’un seul Dieu en 3 personne : le Père, le Fils, et le Saint-Esprit reconnues comme distinctes dans l’unité d’une seule nature, ou essence, ou substance », essaye d’expliquer le Dictionnaire Critique de théologie », à quoi ajoute le Petit Dictionnaire de théologiecatholique : « un mystère qui n’est connu que par révélation, et même révélé, ne peut pas être pénétré par l’intelligence créée » ! Et si on ne reçoit pas la dite révélation, l’adepte demeure dans l’incompréhension ?!

La listes des antitrinitarismes et loin d’être réduite en quelques lignes. Arius, c’est déjà le quatrième siècle ! Il fut condamné par le premier Concile de Nicée en 325, et qualifié d’hérétique, parce qu’il insistait à enseigner la différence entre le Fils et le Père. Son courant de pensée,refusant la divinité de Jésus, connu une grande diffusion et se poursuit encore, même en sourdine, et donna lieu à plusieurs autres courants, qui refusent cette déification, à ne citer que l’Eglise unitarienne, l’Eglise de Dieu, la Science chrétienne, les Christadelphes, l’Eglise Universelle de Dieu, certains groupes d’adventistes, l’Antoinisme, les Témoins de Jéhovah, l’Association des Etudiants de la Bible, etc., etc. Pour ne rien dire de l’Eglise Hollandaise qui élimina carrément la Trinité en 1966, parce que « incompréhensible »…

Pour essayer d’imposer ce qui ne passe point par la logique humaine, de toute personne qui fait normalement usage de son cerveau, saint Augustin passa seize ans de sa vie, de 400 à 416, à écrire un livre de quinze volumes, pour expliquer le dogme de la Trinité. Et pourtant, malgré ces volumes et tant d’autres amas d’écrits, la querelle du Filioque, une des principales discordances, qui eut lieu à partir du VIIIe siècle, entre l’Eglise romaine et l’Eglise grecque, concernant le dogme de la Trinité, aboutit au grand schisme d’Orient en 1054, qui sépara l’Eglise catholique de l’Eglise orthodoxe, voulant toutes deux décider de qui procède le Saint-Esprit !

Inutile de se demander à propos du nombre des victimes des Eglises,le long du parcourt de cette falsification,il suffit de sauter jusqu’au XVIe siècle et citer l’exemple de Michel Servet, théologien et médecin espagnol, né en 1511 et exécuté le 27 octobre 1553 à Genève, mort surle bûcher par l’Inquisition, sur ordre du Grand Conseil de Genève, car il refusait le dogme de la Trinité, qui « n’apparait nulle part dans la Bible et résultait des faux enseignements des philosophes grecs ». Et Dieu seul sait le nombre des victimes de cettetromperie.

Avant d’aborder ce que dit le Qur’ân, principale preuve Divine contre cette falsification, il est nécessaire de préciser qu’il contient 6236 Versets, et que le tiers de ce nombre, c’est-à-dire presque 2078 Versets traitent des gens du Livre, de la mécréance, du polythéisme ou de la Trinité.Les Versets qui suivent ne sont donc cités qu’à titre d’exemples entre tant d’autres :

*« Et ils dirent "Le Miséricordeur adopta un fils !" Vous avez commis une chose inouïe, peu s’en faut que les Cieux ne se fendent, que la terre ne s’entrouvre et que les montagnes ne s’écroulent avec fracas, d’avoir prétendu un fils au Miséricordeur ! » (19 :88-92) ;

*  « …Et quiconque associe à Allah, c’est comme s’il s’affalait du ciel et que les oiseaux le ravissent, ou comme si le vent le faisait choir en un gouffre profond » (22 : 31) ;

*  « Devinrent sûrement mécréants ceux qui ont dit : "Certes, Allah est le Messie fils de Marie" » (5 :16) ;

* « Devinrent sûrement mécréant ceux qui dirent qu’Allah est un des trois de la Trinité, alors qu’il n’y a de Dieu qu’un Dieu unique … » (5 : 73) ;

* « Et ils firent des émules à Allah pour fourvoyer de sa voie … » (14 : 30) ;

* « le Messie fils de Marie n’est autre qu’un Messager, tout comme les Messagers qui passèrent avant lui. Sa mère est véridique, et tout deux mangeaient de la nourriture. Regarde comment Nous leur Explicitons les Versets, puis regarde comment ils louvoient ! » (5 : 75) ;

*  « et avertir ceux qui dirent : "Allah Adopta un fils". Ils n’en ont aucune science, ni même leurs pères. Grave est cette parole qui sort de leurs bouches. Sûrement ils ne disent que du mensonge » (18 : 4-5) ;

* « Il [Jésus] dit : Je suis le dévoué d’Allah, Il m’A Donné le Livre, et Il m’A Fait prophète » (19 : 30).

Là il est étonnant de montrer tout de suite ce que disent les évangiles ou même Jésus, car les dogmes fabriqués à travers les Conciles, qui mettent Jésus à pied d’égalité avec Dieu, sont clairement contredits par les phrases qui suivent :

*  « Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu esProphète » (Jean 4 : 19) ;

*  « Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus fait, disaient : celui-ci est vraimentle prophète quidoit venir dans le monde » (Jean 6 : 14) ;

« Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant :un grand prophètea paruparmi nous, et Dieu a visité son peuple » (Luc 7 : 16) ;

* « Quoi ? leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple » (Luc 24 : 19) ;

* « Lorsqu’il entra dans Jérusalem, toute la ville fut émue, et l’on disait : qui est celui-ci ? La foule répondait : C’est Jésus, le prophètede Nazareth en Galilée » (Matt. 21 : 10-11) ;

* « Dans la foule, plusieurs, qui avaient entendu ces paroles, disaient : "C’est vraiment lui le prophète" » (Jean 7 : 40).

Inutile d’ajouter que ce qualificatif de « prophète » se trouve cité dans tous les évangiles. C’est-à-dire il prouve que c’était l’idée générale que se faisaient les gens de ce grand Messager d’Allah. Ce qui plus est, Jésus, comme tous les prophètes,nous dit, d’après le Qur’ân, qu’il faisait les miracles par le Vouloir d’Allah, et non par une magie quelconque :

*« … Je suis venus à vous avec un Signe de votre Seigneur. Je vous crée de l’argile, comme la forme d’un oiseau, sur laquelle j’insuffle et elle devient oiseau par le Vouloir d’Allah. Je guéris l’aveugle-né, le lépreux, et je fais revivre les morts par le Vouloir d’Allah. Je vous informe de ce que vous mangez et de que vous amassez dans vos maisons, il y a en cela, certes, un Signe pour vous si vous êtes croyants » (3 : 49) ;

La même précision de son message et ses œuvresse trouve répétée,avec quelques variantes,dans la Surah intitulée « La Cène, Verset  110 ».Cependant, les évangiles ne disent pas autre chose en toute clarté :

*«  Hommes Israélites, écoutez ces paroles ! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu arendu témoignage devant vous, par les miracles, les prodiges et les signes qu’il a opéré par luiau milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes » (Act. 2 : 22) !

Peut-on être plus claire ?En fait, Jésus, homme et grand prophète, opérait des miracles et des prodiges par la Volonté et par le Vouloir d’Allah, Le Créateur de toute chose.

Quant à la nature humaine de Jésus, lui-même l’assure en disant : « Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi un homme quivous ai dit la vérité que j’ai entendu de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait » (Jean 8 :40).

Il est gênant d’ajouter que toute l’histoire de l’Eglise repose sur une foule de légendes qui la mettent en contradiction directe avec les Textes. Elle annule la parole de Dieu au profit de sa Tradition,tissée avec préméditation, et de son ambition de christianiser le monde pour se maintenir au pouvoir. Elle excommunie ceux qui ne reçoivent pas ses doctrines, étrangères à la Bible, pour faciliter l’adhésion de nouveaux adeptes, et combien de commandements ou de prescriptionsn’a-t-elle pas changé, à ne citer à titre d’exemples que : l’annulation de la circoncision, voulue éternelle par Dieu ; la Trinité, conception déjà existante dans toutes les anciennes civilisations ; l’annulation du second Commandement et l’approbation du culte des images pour imposer ses déviations en faisant de l’art « la Bible pour analphabètes » (second Concile de Nicée (787) dixit !).

Charles Vaudet, dans son intéressant ouvragele Procès du Christianisme(1933),faitpresquele résumédes Versets du Qur’ân, et considèrele christianisme actuel comme une escroquerie de la conscience des peuples"visant par l’hypocrisie et le mensonge à réaliser son projet de domination universelle". En montrant comment l’Eglise s’est développée par le mensonge : en falsifiant ses Textes ; par la crainte : en menaçant ceux qui refusaient de lui obéir ; par la violence : avec les croisades, les guerres de religions, la saint Barthélémy, les Dragonnades, la Terreur blanche et les guerres qu’elle a fomentées entre les peuples ; par la fortune : en accaparant par les moyens les plus odieux la richesse publique et privée.

C’est pourquoi il est clairement dit dans le Qur’ân :

*  « Certes, Allah n’absout point de Lui donner des associés, et Il Absout ce qui est moindre que cela à qui Il Veut. Quiconque donne des associés à Allah a sûrement controuvé un immense péché » (4 : 48).

 Pour contrarier toutes ces fraudes, pour mettre fin à tous ces massacres, ces divergences, ces querelles, présenter une dénouement logique, le Qur’ân propose la solution à faire pour sortir de ce long dilemme, de ce long mensonge qui atteint maintenant vingt siècles, de l’homme-dieu, fini et infini, créé et incréé, ignorant et omniscient, passible et impassible, etc. car c’est une honte pour l’humanité que de s’être aussi  longtemps prosternée devant ces fraudes, et propose :

*  « Dis : "O gens du Livre, venez-en à une parole normative entre nous et vous : de n’adorer qu’Allah, de ne rien Lui associer, et que nous ne nous prenions point les uns les autres pour Seigneurs à l’exclusion d’Allah". Et s’ils s’en détournent, alors dis : "Témoignez que nous sommes musulmans" » (3 : 64)

Et être musulman c’est s’en remettre entièrement et foncièrement, en toute tranquillité, à la Volonté d’Allah. La clarté des prescriptions divines islamiques, scrupuleusement gardées intactes, depuis sa Révélation jusqu’à nos jours, revient au fait qu'il n'y a point d' "alchimie" imposée par un obscurantisme quelconque, point de messianisme, point d'histoire "organisée", remaniée, réajustée ou manipulée, point  de messie, de médiateur ou de médiation ourdie, point de rédempteur ou de  rédemption inventée de toute pièce ! Rien de toutes ces machinations ecclésiastiques. Rien qu'un simple choix à faire entre le bien et le mal, entre le licite et l'illicite, entre un chemin de rectitude, nettement prescrit, et une tortuosité louvoyante. Un choix perpétuel que doit faire chacun des êtres humains, et qui le place tout seul, face à son Créateur, n'ayant que ses propres actions, délibérément choisies, pour passer son examen du Jugement Dernier. Tel est l'Islam.

Mais le Vatican rejeta la Main Tendue qui lui fut présentée, préféra maintenir ses fraudes, et décréta, dans son second Concile Œcuménique, en 1965, l’évangélisation du monde… Si cet appel à une nouvelle croisade commença en sourdine d’abord, "faire parvenir l’évangile à tout le monde", il suffit de surfer tous les sites vaticanais ou chrétiens, pour voir la haine ignominieuse avec laquelle ils incitent tous les adeptes à y participer, à prendre part dans cette nouvellebataille qui se prépare !

A tous ces fraudeurs, à tous ces faussaires mécréants à travers l’histoire, le long de vingt siècles, il est des Versets que le Qur’ân adresse aux croyants, puissent-ils aider à mieux voir, au lieu d’enrégimenter tous les adeptes en les fourvoyant, au lieu d’attiser une haine qui ne consumera que ceux quil’animent :

*  « Un groupe des gens du Livre voudrait bien pouvoir vous fourvoyer, mais ils ne fourvoient que leur propre personne et ils ne se rendent pas compte » (3 :69) ;

* « Dis "O gens du Livre, pourquoi rebutez-vous celui qui croit, de la cause d’Allah ? Vous la désirez tortueuse, alors que vous êtes témoins ! Allah n’Est point Inattentif à ce que faites" » (3 :99) ;

* « Dis "O gens du Livre, nous gardez-vous rancune parce que nous croyons en Allah, en ce qui nous fut Révélé, en ce qui fut Révélé auparavant, et parce que la plupart d’entre vous sont des pervertis" ?! » (5 : 59)…

* « Ils veulent éteindre la Lumière d’Allah par leur paroles, alors qu’Allah Tient absolument à Parfaire Sa Lumière, serait-ce contre le gré des mécréants » (9 : 32).

 

 




                      Previous article                       Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا