عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

Sous catégorie
Date d'ajout 2008-01-27 02:27:25
Traduit en
العربية    English    Deutsch    Español    Italiano    Русский   
visité 17517
Envoyer cette page à un ami
العربية    English    Deutsch    Español    Italiano    Русский   
Envoyer cette page à un ami Imprimer Télécharger sous format word Share Compaign Bookmark and Share

   

échelonnement de l’autorisation de la lutte.

 

l’islam n’est pas un message qui oblige les gens à l’accepter, c’est une invitation avec une force propre qui contient des vérités resplendissantes et des concepts nobles. allah dit : “nulle contrainte en religion! car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. donc, quiconque mécroit au rebelle tandis qu'il croit en allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. et allah est audient et omniscient. " [1] toutefois lorsque les mœurs et coutumes héritées, surtout si elles sont accompagnées par les passions, représentent des obstacles qui empêchent l’acceptation de la vérité et l’abandon du mal, et quand les notables fanfarons qui asservissent les gens sans aucun droit en arrivent à déclarer la guerre à ceux qui invitent à la religion et rassemblent contre eux ceux qui n‘y ont aucun profit - comme ceci a été l’ordre d’allah pour tous les messages – à ce moment-là, il n’est pas logique que les apôtres demeurent les mains liées sans repousser les injustes ou intimider l’ennemi.

 

ainsi allah a légiféré le combat en quatre étapes :

 

premièrement : la défense de combattre :

 

cette période a duré toute l’époque de la mecque, c'est-à-dire treize ans d’injustice, de tyrannie et de restreinte. les compagnons demandaient au messager d'allah (bp sur lui) la permission de repousser l’injustice pratiquée contre eux mais il le leur défendait et leur recommandait la patience et l’accomplissement de l’apprentissage de la foi nécessaire à la première période. voyons ce hadith du noble compagnon khabbab ibn al-arat, un des premiers convertis à l’islam qui a subi toute l’oppression et les malheurs de cette période et en est un des témoins. il dit : “nous avons été nous plaindre au messager d'allah (bp sur lui) assis sur sa cape près de la ka`ba et nous lui avons demandé : “n’invoques-tu pas allah pour nous soutenir ? n’implores-tu pas allah pour nous secourir ?” le prophète (bp sur lui) qui était appuyé contre la ka‘ba, se redressa renfrogné et dit : "par allah, parmi les gens qui vous ont précédés, on amenait l’homme, on le plaçait dans un trou en terre et on le coupait en deux avec des scies ou bien on le coiffait avec des peignes en fer enfoncés dans sa chair et ses nerfs sans réussir à le détourner de sa religion. par allah cette religion triomphera au point où l'on marchera de san`a’ à hadramaout sans craindre rien d’autre qu'allah ou les loups pour son troupeau. mais vous vous empressez…" (1)

le messager d'allah (bp sur lui) lui-même, tout comme ses compagnons, n’était pas protégé de l’oppression et de l’injustice. pourtant, allah ne leur donna pas la permission de lutter ni même de se défendre.

 

deuxièmement : la permission de lutter :

 

étant donné que l’envie d’anéantir cette nouvelle religion hantait l’esprit des notables de qouraïche et vu le nombre des combattants et le volume de l’équipement des musulmans à cette époque, cette étape commença après l’émigration à médine pour se défendre contre l’injustice et avec ces paroles d’allah : “ autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et allah est certes capable de les secourir " [2].

 

le docteur mahi rizkallah ahmad dit : “lorsque allah permit la lutte à son prophète et aux croyants, ils s’apprêtèrent à combattre qouraïche et ses pareils. cette dernière voulut montrer aux musulmans qu’elle avait de l’autorité à l’intérieur de médine et les musulmans voulurent lui montrer qu’ils n’étaient pas aussi faibles qu’elle voulait le croire et qu’ils étaient capables de la remettre à sa place, de l’isoler politiquement et économiquement et de lui reprendre leurs biens confisqués. (1).

 

il se peut également que cette permission de combattre visait à faire peur aux hypocrites aux aguets à médine et dont le chef, `abdillâh ibn oubay, était dépité par la perte d’une autorité qu’il convoitait.

c’est en cette période qu’eurent lieu les batailles de badr et ouhud précédées par des excursions militaires sous formes de brigades et de délégations.

 

troisièmement : l’ordre de combattre celui qui les combat :

 

cela à partir du moment où ces paroles d’allah furent révélées : “ combattez dans le sentier d'allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. certes, allah n'aime pas les transgresseurs! " [3] c’était une période propice à l’avancement de la nation musulmane et à son développement, étant donné que son armée s’était organisée surtout après les batailles de badr et ouhud.

 

troisièmement: l’ordre de combattre tous les mécréants :

 

cela à partir du moment où ces paroles d’allah furent révélées: combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. et sachez qu'allah est avec les pieux. " [4] vu la dimension internationale de l’invitation à l’islam en ce temps, sa réputation chez les rois et l’opposition de ces derniers à la libération des peuples de l’injustice et de l’oppression. (1)

 

il convient de signaler que ces étapes du combat ne se ressemblaient pas, et que chacune eut ses circonstances particulières et ses justifications du point de vue du rapport des forces, du changement de la position de l’ennemi en guerre ou en paix, de la nature des mécréants, des gens du livre et des autres, ainsi que de nombreuses circonstances qui n’ont pas leur place dans ce contexte.

 

moustafa as-sebâ`i dit : “l’histoire des batailles du messager d'allah (bp sur lui) est le meilleur témoignage de la noblesse du but de ses guerres. il n’a déclaré le combat qu’après avoir été tyrannisé lui et sa communauté pour leur croyance et avoir été chassé de leur patrie. la bataille de badr eut lieu alors avec toutes celles qui suivirent dans le but d’avoir la liberté de conscience, d’établir la paix et la sécurité de façon durable dans la péninsule arabe. cette paix dont les polythéistes arabes n’ont pas voulue pour continuer à persécuter les musulmans, les tuer, les gêner dans leurs affaires et finalement les chasser de leur terre.” (1).

 

                                               

  @dar_altarjama@

 

 



[1] al-baqara (la vache) : 256.

[2] al-hajj (le pèlerinage) : 39.

[3] al-baqara (la vache) : 190.

[4] at-tawba (le désaveu ou le repentir) : 36.

 








Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا