عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

vii-    les doctrines du christianisme et de l’islam

 

la divinité de jésus

     les   chrétiens   croient   que   jésus   est   le dieu de toute éternité,     la  seconde personne de la trinité divine qui, depuis plus de deux mille    ans, avait  choisi de se personnifier et fut engendré par la vierge marie. comme cela est rapporté  dans  les  evangiles, ce dogme  de même que  celui  traité   précédemment   n’est   pas   confirmé   par   les termes de jésus 6. c'est un fait que jésus ne prétend jamais être divin. que l'on   en   juge par ses propres termes: «pourquoi m'appelles-tu bon? il n'y a de bon que dieu.» (marc 10: 18) si jésus christ avait refusé qu’on l’appelle ‘bon’, aurait-il accepté qu’on l’appelle dieu?

      quand jésus parlait de dieu, il le mentionnait comme «... mon père et   votre père, mon dieu et votre dieu.» (jean 20: 17)

      de plus , jésus refusait  la  notion   qu’il   pouvait   faire quoi que ce soit de lui-même. il a été très clair à préciser que tout ce qu'il faisait était par la volonté de celui qui l’a envoyé. il dit: «je ne puis rien faire de moi-même7: selon que j'entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.» (jean 5: 30) de nouveau, il déclare que les mots   ne   sont   pas   les   siens   mais  qu’ils  lui  ont   été   révélés comme tout autre prophète envoyé par dieu: «car je n'ai point  parlé de moi-même; mais le père, qui m'a envoyé, m'a  prescrit lui-même ce que  je dois dire et annoncer.» (jean 12:49)de   plus, dans (jean 7:17-18), on lit: «si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de dieu, ou si je parle de mon chef. celui qui parle de  son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice    en   lui. ». jésus a aussi  déclaré  que le seigneur est plus grand que lui. dans  (jean 14:28), on peut lire: «…je vais au père; car le père est plus grand que moi.». jésus  ne fait que ce qui plait à dieu qui l’a envoyé. il déclare: «celui qui m'a envoyé est avec moi; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. comme jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.» (jean 8: 29-30)

      de plus, selon (luc    4:   43), jésus est venu pour annoncer   le   royaume de dieu: «mais il leur dit: il faut aussi que j'annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de dieu; car c'est pour cela que j'ai été envoyé. »

      jésus déclare aussi qu’entrer au paradis  et obéir à la volonté divine sont liés: «ceux qui me disent: seigneur, seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon père qui est dans les cieux.8» (mathieu 7: 21) entre autre, il dit: «car, quiconque fait la volonté de dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère 9.» (marc 3: 35)

      selon  marc 13:32, il est  aussi rapporté que jésus avait nié connaître la dernière heure de ce monde et avait  dit: «pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne le sait, ni les anges dans le  ciel, ni le  fils, mais le   père seul.»

      dans luc 13: 33-34, jésus exprime ses craintes d'être tué et fait    référence à  lui-même  comme  à  un des prophètes: «mais il  faut   que    je marche aujourd'hui, demain, et le jour suivant; car il ne convient pas qu'un prophète périsse hors de jérusalem. jérusalem, jérusalem, qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui te sont envoyés…!»

      ces mots et déclarations dits par jésus, comme cela est rapporté dans la bible, montrent qu’il était, par rapport à dieu, comme   n’importe   quel   autre être humain. il n’était pas créateur mais une créature  comme  adam. il  priait même dieu (marc 1: 35, 14: 35 et luc 5: 16) ce qui veut dire, en conclusion,   qu’il  était un prophète et non point dieu, car dieu  ne  prie personne. jésus avait  aussi l’habitude  de louer dieu  comme  cela   est  évident dans mathieu 11: 25: «…jésus prit la parole, et dit: je te loue, père, seigneur du ciel et de la terre …» alors qu’on était  entrain  de  le crucifier, durant  ses  prétendus  moments d’agonie, il  s’écria:  «eloi, eloi, lama  sabachtani ? » que l’on peut   interpréter comme: «mon dieu, mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? »

      le dogme  chrétien de  la divinité  n’est  donc  pas confirmé par les   mots  de  jésus, mentionnés  dans  les evangiles. comme la doctrine de la trinité, la doctrine de l’incarnation  a  été élaborée après  la disparition de   jésus.

elle a été incorporée au christianisme du paganisme. dans la mythologie       qui précéda le christianisme, de très nombreux   héros   étaient   considérés   des  dieux. la   plupart de ce qui a été dit  concernant   krishna   par   les hindous, concernant  bouddha  par  les bouddhistes, concernant  mithra   par   les   persans,   concernant   osiris   par   les   anciens égyptiens, sur bacchus par les grecs, au sujet de baal par les babyloniens et adonis par les syriens, a été aussi dit au sujet  de jésus  par les chrétiens. seul l’islam, a   réussi à libérer ses adeptes de telles superstitions, en rejetant  la doctrine de l’incarnation.

      l’islam, cependant, déclare avec  insistance que ni jésus ni aucun être humain ne peuvent être dieu. il rejette également la notion que dieu puisse être incarné ou uni à l’une de ses créations. dans le  coran 5: 75, on apprend que jésus était un messager de dieu, comme bien d’autres messagers  qui  le précédèrent, et qui lui et sa mère vertueuse, «avaient      l’habitude de consommer  de  la nourriture». l’idée est que quiconque       mange, qu'il  soit  prophète, messager ou autre, ne peut être dieu, car manger signifie avoir besoin et dépendre des éléments externes, et dieu   n’est   ni   nécessiteux   ni  dépendant. de plus, manger implique la transformation de la nourriture dans le corps et ensuite, le besoin de    déféquer. de tels actes ne conviennent certes pas à la majesté de dieu.

     plusieurs nations, indépendamment  de  l’état  primitif  dans  lequel    elles se trouvent, rejettent  l’idée qu’un messager  de dieu puisse se  comporter  comme  un être humain   qui   «mange de la nourriture».   dans   le coran, le peuple de noé dit de noé lui-même: «les notables de son       peuple qui avaient mécru et traité  de mensonge la  rencontre de l'au-delà, et auxquels nous avions accordé le luxe dans la vie présente, dirent: "celui-ci  n'est  qu'un être humain  comme vous, mangeant         de ce que vous mangez ,et buvant de ce que vous buvez.»(le coran   23:   33) le coran nous parle aussi des arabes parmi lesquels le prophète mohamed est apparu. «et ils disent: "qu'est- ce donc que ce messager         qui mange de la nourriture et circule dans les marchés? que n'a-t- on   fait  descendre vers lui un ange qui eût été avertisseur en sa compagnie?» (le coran 25: 7)

      si l’on considère à présent la situation de ceux qui attribuent la divinité au prophète jésus, on trouve que, non seulement, ils ont rendu «dieu»      un être humain, mais qu'ils l’ont  aussi fait nécessiteux et  dépendant de nourriture pour  survivre: une notion que l’islam rejette complètement car elle ne convient nullement à la majesté d’allah, dieu tout-puissant.

      la divinité de jésus a été rejetée dans le coran quand allah dit: «ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent: "en vérité, allah c'est le   messie, fils de marie." alors que le messie a dit: "o enfants d'israël,       adorez  allah, mon seigneur et votre seigneur". quiconque associe à   allah   (d'autres divinités), allah lui interdit le paradis ; et son refuge   sera le feu. et pour les injustes, pas de secoureurs! ce sont certes des mécréants, ceux qui disent: "en vérité, allah est le troisième de trois." alors qu'il n'y a de divinité qu'une divinité unique! et s'ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d'entre eux.» (le coran 5 :72)

      allah a aussi révélé: «pour allah, jésus est comme adam qu'il créa   de poussière, puis il lui dit: "sois" et il fut.» (le coran 3: 59)10 dans le coran, allah décrit jésus comme étant son prophète, pur et pieux, comme tout le reste de ses prophètes; il le décrit toujours comme un être humain: «mais (issa, le bébé) dit: "je suis vraiment le serviteur d'allah. il m'a donné le livre et m'a désigné prophète.» (le coran 19: 30)

      dans  les actes 3:13 on déclare aussi: «le dieu d'abraham, d'isaac et de jacob, le dieu de nos pères, a glorifié   son serviteur jésus …» (le   nouveau   testament, la maison d’imprimerie catholique, version arabe).l’islam       a  une conception spécifique des prophètes d’allah. ils sont tous des êtres humains qui, en raison de leur dévotion à la vérité, ont été choisis par la   grâce de dieu pour être ses messagers. le message qu’ils prêchaient   n’était  pas le leur, mais celui d’allah. allah leur transmettait  sa   parole    pour qu’ils puissent  adapter leurs   vies   à   sa   révélation   et   devenir,   de cette façon, des modèles pour leurs adeptes et pour le reste des  humains. allah dit: «et nous n'avons envoyé avant toi aucun messager à  qui nous n'ayons révélé: "point de divinité en dehors de moi. adorez-   moi donc."» (le coran 21: 25)

     dans un sondage effectué par un show de la télévision britannique       intitulé “credo”,  19 parmi 31 évêques de l’eglise anglicane déclarèrent que les chrétiens ne sont pas obligés  de croire que jésus christ est  dieu (le   ‘daily news’, le 25 juin 1984).

 

6 ainsi, la position de l’islam qui considère que jésus n’était pas divin mais humain, ne doit pas être vue comme étrange.

7 c’est ce que jésus a dit en parlant de lui-même, alors qu’il a dit en parlant de dieu: «…car tout est possible à dieu.» (marc 10: 26-27)

8 le mot “rabbi”, traduit par “seigneur” signifie “maître”. jean 1:38 dit: «jésus se retourna, et voyant qu'ils  le suivaient, il leur dit: que cherchez-vous? ils lui répondirent: rabbi (ce qui signifie maître), où demeures-tu?»

9 dans mathieu 12: 50, on lit: «car, quiconque fait la volonté de mon père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère.» mathieu ici remplace le mot «dieu» par le mot «père» pour des raisons théologiques. kisman dit que luc et mathieu ont tous les deux changé délibérément une centaine de fois le texte de marc, et cela pour des raisons théologiques.

10 même de melchisédech, la bible dit: qui est sans père, sans mère,sans généalogie, qui n'a ni commencement de jours ni fin de vie …” (hébreux 7: 3). cependant, nul ne le déclara divin.

 

 

 

,



                      Previous article                       Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا