عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

mais en suivant un  bon conseil et pour renforcer ses relations avec lami de sa vie :

quant au mariage du prophète muhammad avec aїcha, lidée nétait pas la sienne, mais la suggestion dune femme nommée khaoula bint hakim et ce pour consolider et renforcer les relations avec les gens les plus proches du prophète de lislam à savoir abu bakr le véridique, le père de aїcha. abu bakr le véridique était l'une des pierres angulaires de l'islam, il était très proche du prophète et le premier calife après sa mort.

nous ne devons pas perdre de vue  un point très important dans le mariage du prophète avec aїcha : le fait de proposer lidée de ce mariage par une femme est une preuve suffisante quun tel mariage ne contredit pas les habitudes et les coutumes de la société et que la femme à son époque ne sentait pas dans un tel mariage une violation de ses droits ou un pillage de sa volonté comme le font circuler certains écrits.

en tous cas, le fait de refuser dépouser aїcha, la fille de son plus proche ami nétait pas agréable au prophète. la fidélité à légard de son ami lui a facilité lacceptation dune telle proposition pour renforcer leurs relations.

par ailleurs, nous devons souligner un point  important. aïcha était fiancée à joubeir ibn al-moutaem ibn ouday avant que le prophète vienne demander sa main à son père abou bakr. et ceci nous conduit de nouveau à conclure que le mariage précoce était une tradition et une habitude à lépoque du prophète et nétait point l'objet de condamnation ou de censure.

en tout cas, aїcha  avait une considération particulière chez son époux, en effet, le prophète fut questionné sur sa bien aimée. il répondit  aїcha pour les femmes et son père abu bakr pour les hommes  [17]

le mariage du prophète avec aїcha nétait pas un simple caprice ou pour contenter ses désirs comme certains cherchent à le présenter mais il avait plusieurs objectifs. si le prophète cherchait le plaisir il naurait pas épousé khadija à lâge de 25 ans alors qu'elle en avait 15 de plus et n'aurait pas épouser dautres femmes jusquà sa mort.

sil cherchait le plaisir il naurait pas épousé une vieille femme de 80 ans qui est  sayda saouda bint zoma alamiria. etant veuve elle se retrouvait toute seule sans aucun parent , il voulait donc la consoler et constituer ainsi un illustre modèle pour les musulmans pour quils apprennent la bonté envers les veuves.

en tout cas le mariage du prophète avec aїcha à un âge précoce était très bénéfique à lislam et aux musulmans, son âge précoce lui permettait dapprendre vite et de recevoir les fondements de lislam dès leur origine. elle héritait du noble prophète une connaissance de cette nouvelle religion de façon à devenir une référence à laquelle recouraient les grands et les petits sur tout ce qui concerne le coran, la jurisprudence, lexégèse et le hadith. elle était pour les grands juristes de lislam comme le professeur pour ses élèves et lorsquils la questionnaient sur nimporte quoi à propos de lislam ils trouvaient chez elle une connaissance et une explication au point de transmettre à elle seule le quart de la loi islamique (sharia).

le prophète bénédiction et paix sur lui a préparé aїcha pour être la meilleure référence des musulmans après sa mort

elle était jeune, intelligente, avait beaucoup de discernement et une excellente mémoire ce qui assurait au prophète l'héritage sublime quil allait lui confier.

la révélation du coran sur le prophète dans la maison daїcha et non pas chez ses autres femmes est une indication pour elle afin de se concentrer sur la compréhension du noble message de son mari et pour remplir son rôle de guide auprès des musulmans après sa mort.

les musulmans ont appris delle à lépoque dabu bakr. les savants et les juristes lont consulté à lépoque domar, othman et moawiya … elle a constitué jusquà sa mort une référence pour les musulmans afin de sinformer sur les dispositions de leur religion.

le professeur said al afaghani dit : jai passé des années à étudier sayda aїcha. jétais devant un miracle qu'on ne peut  décrire, ce qui étonne surtout ce sont ses connaissances vastes et sa parfaite maîtrise de la jurisprudence, du hadith, de lexégèse, de la loi islamique, de la littérature, de la poésie, des nouvelles, de la généalogie, des prouesses de la médecine, de lhistoire et le tout sans dépasser lâge de 18 ans (19)….   

 

___________________________________

(17) "sunan at termithi"-hadith no.3886

(18) "aisha and politics"- by al afaghani-p.16

(19) "aisha and politics"- by al afaghani-p.18,19

 

 

 




                      Previous article                       Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا