عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

Sous catégorie Naissance, enfance et prophétie
Date d'ajout 2008-04-20 03:39:10
Traduit en
English    Deutsch   
visité 10509
Envoyer cette page à un ami
English    Deutsch   
Envoyer cette page à un ami Imprimer Télécharger sous format word Share Compaign Bookmark and Share

   

naissance, enfance et prophétie de muhammadr

 

 

muhammad est né en l’an 571 après. j-c. à la mecque (considérée comme le centre religieux de la péninsule arabique) dans la tribu des qoraïch pour laquelle les arabes avaient beaucoup de respect et de considération. en effet, c’est dans cette ville que ces derniers accomplissaient le pèlerinage et faisaient la circumambulation autour de la kaaba noble, qu’avaient bâtie ibrahim  et son fils ismail .

son père mourut avant même sa naissance et sa mère le quitta six années après l'avoir mis au monde. il vécut alors orphelin sous la charge de son grand-père abdul muttalib. a la mort de ce dernier, son oncle abû tâlib le prit à sa charge. sa tribu et les tribus voisines adoraient des idoles qu’elles avaient fabriquées à partir d’arbres, de pierres ou encore d’or et placées autour de la kaaba. elles croyaient qu’elles avaient le pouvoir de nuire ou d'aider.

le prophète  s'est caractérisé tout au long de sa vie par la vérité et la loyauté. il n’avait jamais trahi, ni menti, ni trompé, encore moins manqué à son engagement. il était connu par son peuple comme étant le digne de confiance (al-amine). aussi lui confiaient-ils leurs dépôts et leurs biens lorsqu’ils voulaient voyager. il était également connu comme le véridique, en raison de la sincérité qu’ils lui connaissaient dans ses propos. il était bien éduqué et s’exprimait avec convenance et éloquence. il aimait assister les âmes en détresse. son peuple l’aimait et le respectait. tous le révéraient pour ses multiples qualités physiques et morales. le seigneur  dit à son sujet :  et tu es certes, d’une moralité éminente [1]

thomas carlyle[2] (1785-1881), dit dans son livre les héros et le culte des héros publié en 1841: « dès sa plus tendre enfance, muhammad  se fit remarquer  comme un jeune méditatif. ses compagnons l’avaient même surnommé al amine (homme sincère et loyal). il était sincère et loyal dans ses actes, ses propos et ses pensées. ils avaient remarqué que ses propos étaient toujours pertinents. c'était un homme très pondéré qui savait tenir sa langue là où il n’était pas nécessaire de parler. lorsqu’il fallait s’exprimer, il était sincère, sage, pertinent et perspicace. tout au long de sa vie, il fut un homme de principe, plein de bonté, généreux, clément, pieux, digne, libre, courageux, sérieux, sincère et résolu, aspirant aux grands desseins. il restait pourtant affable et aimable et manifestait beaucoup de bonne humeur et de sérénité. il était sympathique et très plaisant. mieux encore, il lui arrivait de plaisanter et même de jouer. son visage était généralement radieux et resplendissant et affichait un sourire sincère… il était intelligent et doué de sagacité…, doté naturellement d’une grandeur : aucune école ne l’a instruit et aucun enseignant ne l’a éduqué. il n’avait nullement besoin de tout cela… il accomplit son œuvre dans la vie tout seul dans les profondeurs du désert ».

il ne s'était jamais impliqué dans une histoire de mensonge, de consommation des boissons alcooliques, de prosternation devant une statue ou une idole, encore moins d'allégeance ou de sacrifice à leur endroit. pendant longtemps, il avait été le gardien de troupeaux de moutons appartenant à son peuple. de la bouche même de muhammad r, « tous les prophètes de dieu, sans exception, ont eu à garder des moutons. lorsque ses compagnons lui demandèrent : – même toi, ô messager d'allah? il répondit : – bien sûr, moi aussi, j'ai eu à garder des moutons des mecquois moyennant quelques qirât[3][4]

avant que la mission ne lui soit confiée, il était enclin à la solitude et passait des nuits entières à méditer dans la grotte de hirâ.

a l’âge de quarante ans, il reçut la révélation du ciel alors qu’il se trouvait en méditation à la mecque dans la grotte de hirâ. comme le rapporte aïcha[5] , la mère des croyants –qu’allah soit satisfait d’elle– : « la révélation débuta chez le prophète  par de pieuses visions au cours du sommeil. chacune de ces visions se réalisait avec une clarté semblable à celle de l’aurore. après qu'on lui fit aimer la retraite, il se retira alors dans la grotte de hirâ, où il se livra au tahannouts[6] (c'est-à-dire l’adoration)[7] pour un bon nombre de jours et nuits consécutifs, sans revenir chez lui. lorsqu'il revenait vers khadîdja[8] –qu'allah soit satisfait d'elle–, il se ravitaillait de provisions nécessaires avant de retourner dans la grotte pour une nouvelle retraite.

l’ange vint le trouver un jour dans cette grotte et lui ordonna de lire :  lis !  « je ne suis point de ceux qui lisent », répondit-il. l’ange saisit aussitôt le prophète , le pressa au point de lui faire perdre toute sa force et lui répéta :  lis !  il répliqua « je ne suis point de ceux qui lisent ». l’ange le saisit pour la troisième fois, le pressa, puis le lâcha en disant :  lis, au nom de ton seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. lis ! ton seigneur est le très généreux [9].

le cœur tout palpitant, le messager d’allah  rentra chez khadîdja bintou khouwaïlid –qu’allah soit satisfait d’elle– et s’écria : « couvrez-moi ! couvrez-moi !» aussi l’enveloppa-t-elle jusqu'au moment où son effroi fut dissipé. alors, il mit sa femme au courant de ce qui s’était passé, puis ajouta : « ah ! j’ai cru que ma vie était en danger ! » mais khadîdja–qu’allah soit satisfait d’elle– le rassura en ces termes « pas du tout ! je jure par allah ! jamais allah ne t’infligera d’affronts, car tu fais du bien à ta famille et à tes proches parents; tu donnes à ceux qui n’ont rien; tu es hospitalier et portes assistance aux faibles et aux nécessiteux ».

alors, khadîdja–qu’allah soit satisfait d’elle– emmena muhammad chez waraqa ibn nawfal ibn asad ibn abdel ouzza, un de ses cousins (du côté paternels) qui avait embrassé le christianisme aux temps antéislamiques. c'était un scribe qui transcrivait l’evangile en hébreux, mais devenu aveugle avec le temps.

« ô mon cousin, lui dit khadîdja, écoute ce que va te dire le fils de ton frère. –ô fils de mon frère, répondit waraqa, de quoi s’agit-il ? » le messager d’allah  lui raconta alors ce qu’il avait vu. waraqa lui répondit : « c’est le confident[10] qu’allah a envoyé autrefois à moïse. plût à allah que je fusse jeune en ce moment ! ah ! que je voudrais être encore vivant à l’époque où ton peuple te bannira ! –ils me chasseront donc, s’écria le prophète  ? –oui, reprit waraqa. tous les hommes qui ont eu à porter un message comme le tien n'ont jamais échappé à la persécution ! si je suis encore en vie à ce moment-là, je te défendrai de mon mieux». waraqa ne tarda malheureusement pas à mourir. la révélation connut par ailleurs une interruption »[11].cette sourate-là marque le début de sa prophétie.

ensuite, allah i lui révéla les versets suivants :  ô, toi (muhammad) ! le revêtu d’un manteau ! lève-toi et avertis. et de ton seigneur, célèbre la grandeur. et tes vêtements, purifie-les. et de tout péché, écarte-toi [12].

avec la révélation de cette autre sourate, muhammad commença à inviter ouvertement les mecquois à l'islam, à commencer par ses proches et sa tribu. mais il fit face à une fin de non recevoir de la plupart d'entre eux tout simplement parce que son message leur était étrange et s'opposait à la pratique de l'idolâtrie qui avait cours depuis des générations.

l'islam est un mode de vie complet qui traite des affaires religieuses, politiques et socio-économiques. il prêchait non seulement l’unicité d’allah, mais interdisait aussi l’adoration des idoles et tout être autre que lui. il interdisait également certaines choses qui constituaient des sources de jouissance, de richesse, et de fierté, à l'instar de l’usure, la fornication, les jeux de hasard et du vin. il invitait par ailleurs à l’équité entre tous les hommes et faisait comprendre que seule la piété pouvait établir une hiérarchie entre les uns les autres.

comment les qorayshites, qui constituent la classe la plus noble chez les arabes, pouvaient-ils accepter d’être traités au même pied d’égalité que les classes inférieures et même les esclaves ? c’est pourquoi, ils ne se limitèrent pas au rejet total de son appel, mais aussi ils le persécutèrent et lui portèrent préjudice en le traitant de fou, de sorcier et de menteur afin de le discréditer. or, il jouissait plutôt d’une bonne réputation avant le début de sa mission. ils poussèrent les ignorants parmi eux à lui porter physiquement atteinte.

abdullah ibn mas’oud  rapporte qu’ : « un jour, alors que le messager d’allah , debout, faisait la prière dans la kaaba, l'un des qorayshites qui tenaient une de réunions à ce même endroit se mit à dire : « hé ! voyez donc l’ostentation de cet homme. qui d’entre vous voudra aller à l’abattoir des banou untel chercher des tripailles, du sang, des membranes de fœtus, et attendre que cet homme se prosterne pour lui mettre le tout sur les épaules ? » le plus misérable d’entre eux se décida à le faire et, au moment où le messager d’allah  se prosterna, il lui déposa ces détritus sur les épaules. les qorayshites se mirent à rire au point qu’ils se cognaient les uns contre les autres. aussitôt prévenue, fatima, alors toute jeune fille, arriva en courant. le prophète  ne se releva de sa prosternation qu’au moment où elle le débarrassa de ces immondices. puis, elle se tourna vers les qorayshites et les invectiva »[13].

mounib al-azdy  dit : j’ai entendu le messager r pendant la jahiliyyah dire : « ô hommes ! dites : il n’y a de divinité qu’allah et vous serez bienheureux ». les uns lui ont craché sur le visage, d’autres lui ont versé la poussière et d’autres encore l’ont insulté jusqu’au milieu de la journée. alors, une jeune fille lui présenta une grande coupe d’eau. il se lava le visage et les mains et dit : « ma fille, ne crains pour ton père ni indigence ni avilissement »[14].

interrogé au sujet de la violence la plus grave dont les polythéistes usèrent à l’égard du prophète , abdullah ibn amr ibn al ace, un compagnon de muhammad , répondit : « pendant que le prophète  était dans l’enceinte de la kaaba, ouqba ibn mo’ît [un païen] s’avança vers lui, lui enroula son vêtement autour du cou et le serra avec une grande violence. abû bakr , intervint alors, pris ouqba par le bras et l’éloigna en disant : « allez-vous tuer un homme parce qu’il dit :  mon seigneur est allah  ? alors qu’il est venu à vous avec les preuves évidentes de la part de votre seigneur [15]».

tous ces événements n’ont pas empêché le messager d’allah  de poursuivre sa mission. il faisait part de son message aux tribus qui venaient accomplir le pèlerinage à la mecque. un groupe d’habitants de yathrib –aujourd’hui appelé médine, la lumineuse– prirent l’engagement de le soutenir et de le protéger s’il venait chez eux. il envoya avec eux mous’ab ibn oumaïr t, un de ses compagnons, leur apprendre les enseignements de l’islam. suite aux souffrances et à la persécution infligées aux musulmans à la mecque par leurs propres frères, l’autorisation leur fut donnée d’émigrer à médine, la lumineuse où ils reçurent un accueil chaleureux. ce fut le véritable déclic de sa mission. par conséquent, cette ville devint la capitale du nouvel etat islamique où la religion prit son envol avant de se répandre aux quatre coins du globe.

le prophète  enseigna le qur'an et les préceptes de sa religion aux habitants de médine. ces derniers furent influencés par son caractère noble et ses attributs sublimes au point qu'ils en vinrent à l’aimer plus que leurs propres personnes. ils s’empressaient de le servir et sacrifiaient ce qu’ils avaient de plus cher pour sa cause. ils bâtirent une société riche et prospère caractérisée par la piété, l’amour, la concorde et la fraternité. le riche et le pauvre, le noble et le roturier, le blanc et le noir, l’arabe et le non arabe devinrent égaux dans cette grande religion où il n’y a de supériorité et de différence entre les gens que par la piété et les bonnes actions.

une année après son installation à médine, les affrontements commencèrent entre lui et son peuple (les qorayshites) qui n’appréciait guère la portée sans cesse croissante de son message. c’est alors que la première bataille de l’islam (la bataille de badr) eut lieu entre deux groupes inégaux tant en ressources humaines qu'en armement : les musulmans comptaient 314 combattants contre 1000 mécréants. par la grâce d'allah, le messager  et ses compagnons en sortirent victorieux. il se succéda ainsi une série de batailles entre les musulmans et les mécréants.

huit années plus tard, le prophète  put constituer une armée de 10.000 combattants qui marcha sur la mecque et la conquit. ainsi, il mit en déroute sa tribu et son peuple qui lui avaient causé toutes formes de tort et persécuté ses adeptes au point qu’ils durent abandonner leurs biens, leurs enfants et leur pays. il obtint une victoire décisive et fort symbolique sur son peuple sans toutefois céder à la revanche. il baptisa cette année-là, "l’année de la victoire". allah  dit à ce propos :  lorsque vient le secours d’allah ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’allah, alors, par la louange, célèbre la gloire de ton seigneur et implore son pardon. car c’est lui le grand accueillant au repentir [16].

fort de cette victoire, muhammad rassembla les mecquois et leur dit : « que pensez-vous que je vais vous faire ? » ils répondirent : « du bien, car tu es un frère généreux, fils d’un frère généreux ». alors le prophète  reprit : « vous pouvez disposer, vous êtes libres ! »[17]. cette amnistie incita bon nombre d’entre eux à embrasser l'islam. le messager  retourna à médine et reprit la direction de la mecque quelque temps après, accompagné de 114 000 de ses compagnons pour le pèlerinage. cet unique pèlerinage qu’il a accompli est également connu comme le pèlerinage d’adieu.

le prophète  délivra son sermon d'adieu au neuvième jour du mois de dzul-hijja au mont arafat. après avoir rendu grâce à allah, il tint ces propos : « ô hommes! ecoutez-moi attentivement parce que je ne suis pas certain d'être encore avec vous l'année prochaine ! ecoutez-moi avec la plus grande attention et transmettez mon message à ceux qui n'ont pas pu être présents aujourd'hui.

ô hommes ! tout comme vous considérez ce mois, ce jour et cette ville comme sacrés, je vous invite à considérer la vie et les biens des musulmans comme sacrés. rendez les dépôts à vous confiés à leurs légitimes propriétaires. n'offensez personne afin que personne ne vous offense. rappelez-vous que vous aurez vraiment à rencontrer votre seigneur et il appréciera infailliblement toutes vos actions. allah vous a interdit de prélever l'intérêt [dans vos transactions]. alors, tout intérêt est désormais prohibé. cependant, le capital vous appartient et vous revient de droit. vous ne devez ni pratiquer, ni subir l'iniquité dans vos transactions financières. méfiez-vous de satan, si vous voulez protéger votre foi. il a perdu tout espoir de passer par les grandes choses pour vous entraîner hors du droit chemin. prenez garde de ne pas vous laisser influencer par lui dans les toutes petites actions.

ô hommes! il est, certes, vrai que vous avez des droits sur vos épouses, mais sachez qu'elles aussi ont des droits sur vous. n'oubliez pas que vous ne les avez prises pour épouses que dans la foi en allah et avec sa permission. si elles respectent vos droits, alors il leur revient le droit d'être nourries et habillées avec générosité. traitez vos femmes avec bonté et gentillesse parce qu'elles sont vos partenaires et assistantes dévouées. bien sûr, il est de votre droit qu'elles veillent à leur chasteté et ne prennent pas pour amies intimes celles dont vous ne voulez pas.

ô hommes ! ecoutez-moi sérieusement : adorez allah, accomplissez vos cinq prières quotidiennes, jeûnez au mois de ramadan, faites l'aumône et accomplissez le pèlerinage si vous en avez les moyens. tous les hommes sont issus d'adam et adam a été créé à partir de la terre. il n'existe aucune supériorité d'un arabe sur un non arabe, d'un blanc sur un noir ou d'un noir sur un blanc, si ce n'est par rapport à la piété. retenez que les musulmans, sans distinction aucune, sont tous des frères et forment une seule et même communauté. aucune propriété appartenant à un musulman ne saurait être légitime à un autre musulman à moins qu'elle ne lui ait été cédée volontairement et librement. ne soyez donc pas injustes envers vous-mêmes.

rappelez-vous qu'un jour vous aurez à comparaître devant allah pour répondre de vos actes. prenez donc garde. ne vous écartez pas du chemin de la justice après mon départ. ô hommes ! aucun autre prophète ou messager ne viendra après moi et aucune nouvelle foi, non plus, ne verra le jour. réfléchissez bien, ô hommes, et vous comprendrez le message que je vous transmets. je vous laisse deux choses qui vous permettront de ne jamais vous égarer si vous les suivez : le livre d'allah (le qur'an) et ma sunna. que tous ceux qui m'écoutent transmettent mon message aux autres et que ces autres le transmettent à d'autres encore. il se peut que les tout derniers à écouter mon message le comprennent mieux que ceux qui l'ont écouté directement ! je te prends à témoin, ô allah, que j'ai transmis ton message à ton peuple. »

le prophète  mourut, selon certaines sources, au douzième jour du mois de rabiou-awal de l’an 11 de l’hégire à médine où il fut enterré. sa mort fut un grand choc pour les musulmans au point que certains n’y ont pas cru. oumar ibn al-khatab t, par exemple, avait alors dit : « si j’entends de la bouche de quelqu'un que muhammad est mort, je le décapiterai ». abû bakr  s'adressa alors aux musulmans, puis récita cette parole d’allah  :  muhammad n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés -. s’il mourait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à allah ; et allah récompensera bientôt les reconnaissants [18]

lorsqu’oumar  suivit ce verset, il revint aussitôt à de meilleurs sentiments, car il ne transgressait jamais l’ordre d’allah.

le prophète  mourut à l'âge de 63 ans : il vécut 40 ans à la mecque avant de recevoir la révélation. il passa ensuite 13 ans à inviter les mecquois au tawhid (l'unicité d'allah). emigré à médine, il passa 10 ans à recevoir sans interruption le message divin jusqu’à la révélation complète du qur'an et au parachèvement des lois de l’islam.

le célèbre dramaturge et critique, george bernard shaw (1856-1950) dit à propos de muhammad r : « j'ai toujours eu beaucoup de respect pour la religion de muhammad, du fait de son excellente vitalité. c'est la seule religion qui semble avoir cette capacité d'adaptation aux différentes phases de l'évolution d'un monde en pleine mutation et qui s'impose à tous les âges. je puis prédire que la religion de muhammad qui commence aujourd'hui à être acceptée en europe sera plus que jamais vivante demain. le ecclésiastes de la période médiévale avaient soit par ignorance, soit par fanatisme, peint le mahométisme avec les couleurs les plus sombres. en fait, ils étaient formés à la haine aussi bien de la personne de muhammad que de sa religion. selon eux, muhammad était un antéchrist. j'ai étudié cet homme merveilleux et, à mon avis, loin d'être un antéchrist, il se présente plutôt comme le sauveur de l'humanité. »[19]

 



[1] al qalam, 4

[2] essayiste et historien, traducteur éclairé des romantiques allemands et auteur d’une importante œuvre d’histoire et d’histoire littéraire.

[3] le qirât est la moitié du dançq et le 1/20e ou le 1/24e du dinar.

[4] al-boukhari, 2143 : selon la logique divine, avant de traiter avec les hommes, il fallait d’abord passer par une étape préparatoire qui consistait à se confronter aux différents comportement des animaux en les encadrant.

[5] l'une des femmes du prophète r.

[6] ibn hadjar –qu'allah lui accorde la miséricorde- a dit : c’est suivre al hanafiya, qui est la religion d’abraham u.

[7] cette explication est celle d’al zouhry, un râwî du hadith, comme l’ont indiqué ibn hadjar et d’autres commentateurs du hadith –qu'allah leur accorde la miséricorde.

[8] la premiere femme du prophète r.

[9] al ‘alaq, 1-3

[10] an-nawawy –qu'allah lui accorde la miséricorde- a dit : il s’agit de l’ange djibril [gabriel].

[11] al-boukhari, 3

[12] al-muddattir, 1-4

[13] al-boukhari, 498

[14] al-mou’djamou al-kabir, 805

[15] al-boukhari, 3643

[16] an-nasr, 1-3

[17] al-baïhaqui, 18055

[18]  al imran, 144

[19] afzalur-rahman, encyclopédie de la sira








Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا