1. Articles
  2. Dix-neuvième appel : Interdiction de l'incontinence féminine

Dix-neuvième appel : Interdiction de l'incontinence féminine

Sous catégorie :
223 2023/09/05 2024/04/13
Traduit en : العربية

Le Tout-Puissant a dit :

{Ô vous qui avez cru, il ne vous est pas permis d'hériter des femmes contre leur gré, et ne les forcez pas à vous enlever une partie de ce que vous leur avez donné, à moins qu'ils ne commettent une indécence manifeste, et vivez avec eux avec bonté, et si vous les détestez, il se peut que vous n'aimiez pas une chose, et Allah y met beaucoup de bien (19) et si tu veux échanger un mari contre un autre, et que tu donnes un trésor à l'un d'eux, n'en prends rien, litige et péché manifeste (20) et comment le prenez-vous lorsque certains d'entre vous se sont confiés les uns aux autres et ont pris de vous une alliance solennelle (21)}

Sourate Al-Nisa

Avant l'islam, les gens traitaient les femmes comme des biens, donc si un homme meurt, ses tuteurs ont plus de droit sur sa femme, ils l'épousent sans dot et sans son consentement, comme si cela faisait partie de l'héritage d'un homme décédé, donc si certains d'entre eux le souhaitaient, il pourrait l'épouser, s'ils le souhaitaient, ils pouvaient l'épouser, et s'ils ne le faisaient pas, ils avaient plus droit à elle que sa famille, alors Allah Tout-Puissant a révélé ce verset pour annuler cette utilisation injuste.

Dans ce verset, Allah Tout-Puissant ordonne aux gens de ne pas faire de mal aux femmes, et de ne pas les harceler afin qu'elle puisse laisser à l'homme ce qu'il lui a donné de la dot, ou certains de ses droits sur lui, ou certains de ses droits à l'héritage, comme un moyen d'oppression et de mal.

Mais si la femme commet un adultère, alors l'homme a le droit de lui reprendre la dot qu'il lui a payée, et coucher avec elle jusqu'à ce qu'elle le quitte (c'est-à-dire qu'il a le droit de la combattre dans ce cas) Allah Tout-Puissant a commandé aux hommes d'avoir des relations raisonnables avec les femmes, c’est-à-dire avec des mots gentils et de bonnes actions, même s'ils ne les aimaient pas, une personne peut haïr quelque chose, mais Allah lui accorde beaucoup de bien, par exemple, si une femme lui donne naissance à un fils qui devrait être capable de gouverner, ou d'avoir de l'importance, ou d'améliorer sa condition, alors elle sera une raison de son bonheur.

Si un homme veut quitter sa femme parce qu'il la hait et n'a pas de patience avec elle et il veut la remplacer par une autre et elle n'a pas commis une immoralité, alors c'est devenu une dette qu'il devait,  l'homme ne devrait rien lui prendre, il doit plutôt le lui payer intégralement, même s'il s'agit d'un quintal d'argent, alors  le Tout-Puissant dénonce les hommes pécheurs qu'ils voulaient divorcer de la femme, ils l'accuse d'immoralité jusqu'à ce qu'elle a peur d'eux en laissant la dot qu'ils avaient payée.

Et Allah Tout-Puissant répète Sa dénonciation des hommes qui pensent prendre une partie de ce qu'ils ont donné aux femmes de dots, alors Il dit : Comment acceptez-vous de prendre une partie de ce que vous avez donné à vos épouses, après que le lien entre les époux ait été confirmé par le plus sacré de la vie et chacun d'eux habillait l'autre avec contact physique, jusqu'à ce que l'un d'eux devienne comme une partie complémentaire de l'autre, et ils ont pris sur vous l'engagement de Allah de les tenir honorablement, ou de les libérer avec bonté.

Certains d'eux étaient dans l'ignorance avant que l'Islam élève les arabes à son noble niveau si un homme parmi eux meurt, alors ses tuteurs ont plus de droit sur sa femme, héritant son épouse comme s’ils héritent des animaux, si certains d'entre eux voulaient l'épouser ils l’épouse ils prennent aussi sa dot, ils peuvent arriver à la vendre comme une bête - et s'ils le souhaitent, ils la retiendront et la garderont dans la maison, sans se marier jusqu'à ce qu'elle se rachète avec quelque chose.

Et certains d'eux quand le mari d'une femme mort, son tuteur viens pour l’empêchée d'entrer dans le peuple il a possède comme s’il possède un objet, si elle est belle il a prenne comme épouse et si elle n’est pas donc il l'a emprisonne jusqu'à sa mort, puis il hérite tout l'argent, sauf si elle s’échappe chez sa famille et elle se laisse pas rattraper donc sa famille la protège.

Et certains d'entre eux, si l’homme mourait, ils emprisonnaient son épouse et prennent ses enfants parmi eux jusqu'à ce qu'ils grandissent et il l'a emprisonne jusqu'à ce que son enfant ou bien ses enfants grandissent pour l'épouser et prendre son argent.

Ce qui est incompatible avec la vision généreuse de l'islam qui considère l’humanité des femmes et des hommes, et la relation entre les deux sexes est une relation de  marchands et des bêtes.

L’Islam a élevé cette relation à ce niveau élevé et généreux, digne de la dignité des enfants d'Adam, ceux que Allah a honorés et favorisés sur de nombreux mondes, c'est l'idée de l'islam de l'homme et la vision de l'islam de la vie humaine, c'était la hauteur que l'humanité ne connaissait qu'à cette noble source.

L'Islam interdit l'héritage d'une femme, comme si elle était une bête ou bien une marchandise, sauf en cas d'indécence, il a donné à la femme la liberté de choisir avec qui elle voulait vivre, vierge ou déjà mariée, divorcée ou bien veuf, il a rendu la bonté obligatoire pour les hommes - même dans les cas où le mari déteste sa femme, la bonté ne devient pas impossible dans ce cas, même comme ça il doit obéir à Allah et avoir de la patience :

Ô vous qui avez cru, il ne vous est pas permis d'hériter des femmes par la force et ne les forcez pas à vous enlever une partie de ce que vous leur avez donné À moins qu'ils ne viennent avec une indécence, et ils vivaient avec bienveillance, si vous les détestez, il se peut que vous n'aimiez pas une chose, et Allah y placera beaucoup de bien.

Cette dernière touche dans le verset attache l'âme à Allah , calme l'explosion de colère et soulage l'intensité de la haine, jusqu'à ce qu'une personne se rende en paix; et pour que la relation conjugale ne soit pas une plume au vent, ils sont liés à la poignée la plus fiable, la poignée permanente, le nœud qui relie le cœur du croyant à son Seigneur, et c'est le lien le plus étroit et le plus durable.

L'islam, qui considère le foyer comme un lieu de résidence, de sécurité et de paix, et considère la relation entre les époux, en tant qu'affection, miséricorde et sympathie, et il fonde ce lien sur le choix absolu, de sorte qu'il est basé sur la réactivité, la sympathie et l'amour, c'est l'Islam lui-même qui dit aux maris :

{Si vous les détestez, il se peut que vous n'aimiez pas une chose, et Allah mettra en elle beaucoup de bien.}

Pour qu'il tienne le nœud conjugal, ne le rompez pas à la première pensée, et pour qu'il tienne le nœud conjugal, ne le rompez pas au premier caprice afin de préserver le sérieux de cette grande institution humaine, il ne la rend pas vulnérable aux caprices d’une passion passagère.

Combien grande est la parole d'Umar ibn al-Khattab - que Allah soit satisfait de lui - à un homme qui voulait divorcer de sa femme, " les maisons n'ont-elles pas été construites uniquement par l'amour où est le soin et où est la réprimande ? ».

Ce qui se cache dans ces petites âmes mesquines a plus de sens que le petit caprice de l'émotion, et comme un animale enragée, il ne leur vient certainement pas à l'esprit que dans la vie, la beauté et la patience sont de plus en plus grandes que cela, dont ils se déchaînent dans une maigre imagination descendante, il est certain, bien sûr, qu'elles ne leur viennent pas à l'esprit, ils en sont loin dans leur fausse ignorance, leurs cœurs ne ressentent pas ce que Allah dit aux croyants : Si vous les détestez, il se peut que vous n'aimiez pas une chose, et Allah y placera beaucoup de bien.

La foi est la seule foi qui élève les âmes, élève les intérêts et élève la vie humaine au-dessus du caprice d’une bête.

S'il devient clair après patience, embellissement, tentative et espoir, que la vie n'est pas possible et qu'il faut séparer et remplacer un mari par un autre, puis la femme procède avec ce qu'elle a pris de la dot et ce qu'elle a hérité de l'argent dont il n'est pas permis de récupérer quoi que ce soit, donc en prendre quelque chose est un péché clair et répréhensible

(Et si tu veux échanger un mari par un mari, et que tu donnes un trésor à l'un d'eux, ne lui prends rien, le prenez-vous comme une calomnie et un péché manifeste)

Et puis une touche de sentimentalité profonde et une ombre de la vie conjugale :

{Et comment le prenez-vous quand certains d'entre vous se sont tendus la main et ont pris de vous une alliance solennelle}

Toute cette foule de perceptions, d'ombres, de voix, de sentiments et d'émotions est attirée par cette étonnante expression suggestive,

{Et certains d'entre vous se sont conduits les uns aux autres}

il diminue à côté de ce petit sens matériel, et l'homme a honte de demander une partie de ce qu'il a payé alors qu'il passe en revue dans son imagination et dans sa conscience, cette foule de souvenirs passe au moment de la triste séparation.

C'est l'alliance du mariage au nom de Allah et sur la Sunna de Allah, c'est une alliance qui ne sous-estime pas le caractère sacré du cœur d'un croyant, il s'adresse à ceux qui croient à respecter cette alliance solennelle

Site de soutien au Messager d'Allah MuhammadIt's a beautiful day