1. Articles
  2. Le vingt et unième appel : l'interdiction de prier en état d'ébriété

Le vingt et unième appel : l'interdiction de prier en état d'ébriété

Sous catégorie :
501 2023/09/05 2024/05/30
Traduit en : العربية English

Le Tout-Puissant a dit :

{Ô vous qui avez cru, n'abordez pas la prière quand vous êtes ivre jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites, et si vous êtes malades, ou en voyage, ou si vous avez touché des femmes, et vous ne trouviez pas d'eau, alors faites vos ablutions avec du sable propre, essuyez donc vos visages et vos mains} (43)

Sourate Al-Nisa.

Allah Tout-Puissant interdit à Ses serviteurs de prier en état d'ébriété, avec qui l'adorateur ne sait pas quoi dire, quoi faire, ou quoi réciter (et c'était avant que l'alcool soit strictement interdit).

Allah Tout-Puissant interdit à ceux qui sont en état d'impureté rituelle (janaba) d'entrer dans les mosquées (à moins qu'il ne passe de porte en porte sans rester à la mosquée, (les Ansar avaient leur maison à l'intérieur de la mosquée, quand ils étaient affectés par l'impureté, et ils n'avaient pas d'eau et ils ne trouvent pas de passage sauf dans la mosquée) l'interdiction des femmes réglés de rester dans la mosquée se poursuit jusqu'à ce qu'elles prennent un bain ou bien elles fassent le (tayamoum).

Si vous êtes malade d'une maladie et que vous avez peur de l'aggraver en utilisant de l'eau, ou si vous êtes en voyage et que vous avez provoqué un péché mineur, (ou vous avez eu des rapports avec des femmes (vous avez touché des femmes) et vous ne trouvez pas d'eau pour vous laver ou pour faire vos ablutions, alors vous devriez faire le tayammum avec du sable propre, essuyez-en donc vos visages et vos mains, afin qu'il puisse remplacer l'ablution et la toilette. 

Il t'a permis de prier quand tu manquais d'eau, comme une expansion pour toi, un coup pour essuyer son visage, et un coup pour essuyer ses mains.

C'est un maillon de la chaîne de l'éducation divine pour la communauté musulmane - que le programme islamique a repris au pied de la Jahiliyyah - et le vin était l'une des traditions à l’époque du Jahiliya, et l'un des phénomènes distinctifs de cette communauté, c'est aussi un phénomène presque caractéristique pour toute ignorance ancienne et moderne aussi bien le vin était un phénomène distinctif de la société romaine au plus fort de son ignorance, et pour la communauté perse aussi, aujourd'hui c'est aussi un phénomène distinctif de la société européenne et de la société américaine au comble de son ignorance, il en va de même pour l'ignorance de la société africaine, qui est en retard par rapport à la première ignorance.

En Suède - qui est la plus prestigieuse ou l'une des nations modernes les plus prestigieuses de la Jahiliyyah - chaque famille de la première moitié du siècle dernier préparait son propre vin, la consommation moyenne par habitant était d'environ vingt litres, le gouvernement a senti la gravité de cette situation et l'addiction qu'elle propage, alors ils ont limiter la consommation individuelle, et interdire la consommation d'alcool dans les commerces publics, mais ces restrictions ont été assouplies il y a quelques années il est donc permis de boire de l'alcool dans les restaurants, à condition de manger, l'alcool a été autorisé dans un nombre limité dans les lieux publiques jusqu'à minuit seulement, après cela, il est permis de ne boire que « du vin et de la bière » l'alcoolisme chez les adolescents double.

Quant à l'Amérique, le gouvernement américain a essayé une fois d'éradiquer ce phénomène, il a donc promulgué une loi en 1919 appelée la « loi sur la sécheresse » par moquerie envers lui parce qu'il empêche "l'irrigation" avec du vin, cette loi est restée en vigueur pendant quatorze ans, jusqu'à ce que le gouvernement soit contraint de l'abolir en un an 1933 et elle avait utilisé tous les moyens de l'édition, de la radio, du cinéma et des conférences pour propager contre l'alcool ils estiment que l'État a dépensé plus de soixante millions de dollars en propagande contre l'alcool, et les livres et brochures publiés contient contiennent dix milliards de pages.

Ce qu'elle a enduré pour appliquer la loi d'interdiction sur une période de quatorze ans n'est pas moins de 250 millions de livres, et 300 personnes ont été exécutées et 532 335 personnes ont été emprisonnées, les plaintes se sont élevées à 16 millions de livres, et 400 millions et quatre milliards de livres ont été confisquées à la propriété, et après tout cela, elle a été forcée de se rétracter et d'abolir la loi, quant à l'Islam, il a éliminé ce phénomène profond dans la société préislamique avec quelques versets du Coran, et c'est la différence dans le traitement de l'âme humaine, dans le traitement de la société humaine entre la méthodologie de Allah et les méthodologies de l'ignorance, anciennes et modernes, et pour se rendre compte de la pénétration de ce phénomène dans la société préislamique, il faut revenir à la poésie préislamique, où l'on retrouve le vin comme élément essentiel de la matière littéraire ; c'est aussi un élément essentiel de toute vie, le commerce de l'alcool est devenu si courant que le mot commerce est devenu synonyme de vente d'alcool, dit Labid :

Je suis passé par elle et le but d'un marchand est mort quand elle a élevé sa dignité

Et Amr bin Qamiah dit:

Il a déploré ce qui lui manquait de la jeunesse, ses bons jours et la fraîcheur de vivre avec elle, alors il a dit: Quel dommage pour mon âme pour les exigences de la jeunesse et de ses gardiens, car ce qui m'en a manqué ne s'est pas séparé de quelque chose bientôt.

Décrire des rassemblements de beuverie et de vantardise à leur sujet a envahi la poésie préislamique et l'a empreinte d'un caractère apparent, dit Imru 'al-Qais:

Et je dis adieu à l'enfance certains d'entre eux, dis-je aux personnes en deuil, se dispersent ils boivent une gorgée de vin.

Et parmi eux les chevaux galopant, ils se hâtent de fuir, et il est prudent pour eux de paniquer

Tarfa bin Al-Abd dit :

Si ce n'était pas pour la vie du gamin je m'en fiche quand il se lève

Chaque fois qu'il est plein d'eau, il mousse et ma consommation de vin et mon plaisir et mes dépenses sont toujours mon plaisir depuis ma naissance.

Jusqu'à ce que tout le clan car je choisi le chameau du temple. 

Al-Asha dit :

Il a bu le reste, vous savez le Jour de la Résurrection.

Et je bois à la campagne jusqu'à ce qu'on dise la campagne il est devenu fou.

Et le Mankhal yashkari a dit :

J'ai bu de la madama petits et grands.

Si je deviens ivre, je deviens... le Seigneur d'Al-Khoranq et d'Al-Sudir

Et si je me réveille, alors je Seigneur de la distorsion et du chameau

Il y a bien plus que cela dans la poésie préislamique et le récit des incidents qui ont accompagné les étapes de l'interdiction de l'alcool dans la communauté musulmane et les hommes qui ont été les héros de ces incidents, parmi eux se trouvent Umar, Ali, Hamza, Abd al-Rahman ibn Awf et les semblables de ce type d'hommes, ce qui indique à quel point ce phénomène a pénétré dans la Jahiliyyah arabe, qu'il suffise de décrire le long et détaillé Omar, que Allah soit satisfait de lui, dit dans le récit de sa conversion à l'islam dans un récit : J'étais propriétaire de vin à l'ère préislamique Alors j'ai dit: si je vais chez un tel qui porte un khimar et boit, Omar a continué à boire de l'alcool dans l'islam, jusqu'à ce qu'un verset soit révélé, ils vous ont interrogé sur l'alcool et le jeu, dis: «Il y a un grand péché en eux et des avantages pour les gens, et leur péché est plus grand que leur avantage. 

Il a continué lorsque ce verset a été révélé : 

{Ô vous qui avez cru, n'approchez pas la prière pendant que vous êtes ivre jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites}

Il a dit : Oh Allah, donne-nous une explication satisfaisante sur le vin, même si le verset d'interdiction explicite a été révélé : {Les intoxicants, le jeu, les idoles et les flèches divinatoires ne sont qu'une abomination de l'œuvre de Shaytan, alors évitez-le afin que vous puissiez réussir, Shaytan veut seulement créer l'inimitié et la haine entre vous par l'alcool et le jeu, et vous empêcher de vous souvenir de Allah et de prier, il a dit : Nous avons fini, et c'est fini.

Concernant la raison de la révélation de ce verset :

{Ô vous qui avez cru, n'approchez pas de la prière pendant que vous êtes ivre},

deux récits sont présentés dans lesquels Ali et Abd al-Rahman bin Awf des Muhajireen ont participé à leurs événements. Et Saad bin Muadh des Ansar.

Ibn Abi Hatim a raconté : Yunus bin Habib nous a dit, Abu Dawud nous a dit - avec sa chaîne de transmission - sous l'autorité de Musab bin Saad, sous l'autorité de Saad, il a dit : « Cela a été révélé en quatre versets, un homme des Ansar a fait de la nourriture, alors il a invité certains des Muhajireen et certains des Ansar, nous avons mangé et bu jusqu'à ce que nous soyons ivres, puis nous nous sommes vantés, alors un homme a soulevé la barbe d'un chameau (la mâchoire) et l'a enfoncée dans le nez de Saad, Saad s'est fait percer le nez, c'était avant l'interdiction de l'alcool,

{O vous qui avez cru, n'approchez pas la prière pendant que vous êtes ivre}

le hadith est héroïque selon Muslim d'après la narration de Shu'bah. 

Et Ibn Abi Hatim a raconté : Muhammad bin Ammar nous l'a dit. Abd al-Rahman bin Abdullah al-Dashtaki nous a dit Abu Jaafar, Sous l'autorité d'Ata bin Al-Saeb, sous l'autorité d'Abi Abd Al-Rahman Al-Salami, il a dit : « Abd Al-Rahman bin Awf nous a préparé de la nourriture puis il nous a appelés et nous a donné du vin à boire, alors le vin nous a été enlevé et la prière est venue, ce que j'adore ce que vous adorez, et nous adorons ce que vous adorez, Allah a révélé :

{Ô vous qui avez cru, n'approchez pas de la prière quand vous êtes ivre jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites}.

Nous n'avons pas besoin de plus d'exemples et d'histoires ; Démontrons la pénétration du phénomène de l'alcool dans la société préislamique, elle et l'animateur étaient les deux phénomènes marquants ; entrelacés, dans les traditions de cette communauté.

Alors qu'est-ce que l'approche divine a fait pour résister à ce phénomène omniprésent, ce qui a été fait pour lutter contre ce ravageur avec une société sérieuse, juste, droite et consciente ne s'établirait jamais, qu'est-ce qui a été fait pour faire obstacle à une vieille coutume authentique, liée aux traditions sociales ; par rapport aux intérêts économiques.

L'approche divine a traité tout cela avec quelques versets du Coran, et par étapes, et avec aisance et rythme, et gagner la bataille, sans guerre, et sans sacrifices, et sans effusion de sang. 

Ce qui a été renversé seulement était les poignées de vin et ses cruches, et des doses de celui-ci étaient dans la bouche des buveurs - quand ils ont entendu le verset d'interdiction - alors ils l'ont vidé de leur bouche, et ils ne l'ont pas avalé.

À La Mecque - où l'islam n'avait ni État ni autorité, a l'exception de l'autorité du Coran - une allusion rapide à la vision islamique du vin a été mentionnée dans le Coran mecquois, comprendre des plis de la phrase, c'est juste une indication :

Il est venu dans la sourate An-Nahl : {Et des fruits des palmiers dattiers et des vignes, vous en tirez des substances intoxicantes et de bonnes provisions} il a mis du "sucre", qui est la boisson enivrante qu'ils avaient l'habitude de tirer des fruits des palmiers dattiers et des raisins, laissant entendre avec cette convergence que le sucre est de la nourriture.

Mais l'habitude de boire, ou la tradition de boire - dans un sens plus précis - était plus profonde qu'une habitude individuelle, c'était une tradition sociale, avec des racines économiques, c'était trop profond pour que ce contact rapide et distant puisse l'affecter.

Et à Médine, où l'Islam a établi un État et avait autorité, il n'a pas eu recours à l'interdiction de l'alcool par le pouvoir de l'État et l'épée du sultan, mais c'était d'abord l'autorité du Coran. 

Et la méthodologie a commencé son travail dans la douceur et la facilité, et dans l'expérience de l'âme humaine et des conditions sociales.

Il a commencé par le verset d'Al-Baqarah en réponse à des questions indiquant l'aube d'une vigilance dans la conscience musulmane contre l'alcool et le jeu :

{Ils vous interrogent sur l'alcool et le jeu dites : il y a un grand péché dans les deux, et des avantages pour les gens, leur péché est plus grand que leur avantage}

et c'était la première voie, avec un son audible, au sens islamique, et dans la conscience islamique, et dans la logique jurisprudentielle islamique, la prépondérance du péché ou la prépondérance du bien, dans n'importe quelle matière, et si le péché de l'alcool et du jeu est plus grand que leur bénéfice, c'est un carrefour.

Mais la question était plus profonde que cela, et Omar - que Allah soit satisfait de lui - dit : « Ô Allah, donne-nous une explication satisfaisante sur le vin, cela seul suffit à montrer la profondeur de cette tradition dans l'âme arabe.

Alors les événements se produisirent - comme nous l'avons raconté - et ce verset fut révélé :

{Ô vous qui avez cru, n'approchez pas la prière pendant que vous êtes ivre, jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites}.

Et en adoptant l'approche perspicace a fonctionné. 

C'était l'étape intermédiaire, entre la répulsion de l'alcool, parce que son péché est plus grand que son bénéfice, et l'interdiction absolue, parce que c'est une abomination de l'œuvre de Shaytan, la fonction de cette étape intermédiaire était de « briser l'habitude de boire » ou de « briser la dépendance », en interdisant de boire près des heures de prières sont réparties tout au long de la journée, il y a des périodes entre eux qui ne suffisent pas pour boire - ce qui satisfait les toxicomanes elle est entrecoupée et suivie de temps de prière, la conscience du musulman se situe entre l'accomplissement de la prière et le plaisir de boire, et cette conscience avait atteint que la prière était le pilier de la vie pour lui.

Cependant Omar, que Allah soit satisfait de lui, a dit - et c'est Omar "Oh Allah, donne-nous une explication satisfaisante sur le vin."

Puis le temps a passé, et les événements se sont produits, et la promesse appropriée est venue - selon l'ordre de l'approche - pour la frappe décisive.

Ainsi, les deux versets ont été révélés à propos de la table : {En effet, le vin, le jeu sont une abomination de l'œuvre de Satan, alors évitez-le afin que vous puissiez réussir, Satan veut seulement créer l'inimitié et la haine entre vous par l'alcool et le jeu, et cela vous empêche de vous souvenir d'Allah et de la prière, alors vous êtes-vous abstenus}, et tous les musulmans ont fini, les bouteilles de vin ont été renversées,

Et ses tonneaux ont été brisés partout, une fois que vous l'entendez, ceux qui avaient des gorgées de vin ont recueilli ce qu'ils avaient dans la bouche - quand ils l'ont entendu et ne l'ont pas avalé tant qu'il était dans leur bouche, et ils boivent.

Le Coran a gagné, et la méthode a réussi, et il a imposé son autorité - sans utiliser d'autorité.

Mais comment s'est-il produit ce miracle, qui n'a pas d'égal dans l'histoire de l'humanité, il est sans précédent dans l'histoire de la législation, des lois et des procédures gouvernementales en tout lieu et à tout moment,

Le miracle a eu lieu, car la démarche divine a pris l'âme humaine à sa manière, il l'a prise avec l'autorité de Allah, le craignant et l'observant, et avec la présence de Allah - gloire à lui - en elle, une présence que vous ne pouvez pas ignorer un seul instant.

Remplissez sa curiosités et compris : le transfert de cette humanité perdue et errante dans son ensemble, des errances stériles de la Jahiliyyah, sa désertion flamboyante, son obscurité totale et sa servitude humiliante, son étroitesse suffocante conduit aux splendides jardins de l'Islam, ses ombres couvertes de rosée, sa lumière brillante, sa liberté généreuse et son immensité qui inclut ce monde et l'au-delà.

Et remplissez son vide - et c'est la chose la plus importante - avec la foi, avec ce sentiment de rosée, satisfait, beau, joyeux, vous n'avez plus besoin de l'euphorie du vin, volant avec lui dans de faux fantasmes et Samadir , c'est le luxe de la foi rayonnante au public suprême et éclairant, et vivez près de Allah, de sa lumière et de sa majesté, quand il a goûté le goût de cette proximité, il a combiné le goût et l'extase du vin.

Il a sauvé l'instinct des décombres de l'ignorance ; Il l'a ouvert avec sa clé, sans laquelle il ne peut pas être ouvert, et elle marche dans ses virages et ses liaisons ; et dans ses traces et chemins, il répand la lumière, la vie, la propreté, la purification, la vigilance, l'aspiration, se précipitant vers un grand bien et une grande action, et la succession sur la terre, sur ses fondements, qui ont été décidés par l'Omniscient, l'Expérimenté, et sur l'alliance et la condition de Allah , et sur les conseils et la lumière. .

Tout cela n'est rien d'autre qu'une expression de vide spirituel de la foi d'abord, deuxièmement, c'est une grande préoccupation qui épuise l'énergie, et ce n'est rien d'autre qu'une déclaration de faillite de cette civilisation à satisfaire les énergies innées de manière appropriée, c'est ce vide et cette faillite qui conduisent à l'alcool et au jeu pour combler le vide, ainsi qu'à toutes sortes de folies dont nous avons parlé.

Et ce sont eux-mêmes qui conduisent à la « folie » bien connue et aux maladies mentales et nerveuses, et à l'anomalie. 

Ce n'étaient pas des mots, c'est elle qui a accompli ce miracle unique, mais c'était une méthode, pas fait par des gens, c'est la différence inhérente entre cela et toutes les approches que les humains adoptent, qui ne mènent pas à grand-chose.

Il ne s'agit pas de dire des mots, un tel a écrit des philosophes, ou un tel des poètes, ou un tel penseur, ou un tel des sultans, il peut écrire de beaux mots ornés qui semblent constituer une méthode, mais les consciences des gens le reçoivent « ce que Allah a fait descendre en termes d'autorité » la source du mot est celui qui lui donne l'autorité, et c'est au-dessus de ce qui est dans la nature de l'approche humaine elle-même en termes de faiblesse, de caprice, d'ignorance et de défauts.

Quand ceux qui essaient d'établir des méthodes pour la vie des gens, autres que la méthode de l'Omniscient, réaliseront-ils cette simple vérité, et de légiférer pour les gens d'autres règles que celles édictées par les sages et les perspicaces, et établir pour les gens des jalons que le Tout-Puissant Créateur n'a pas établis ? Quand mettront-ils fin à cette arrogance ???

Et nous revenons de cette digression au noble verset :

{Ô vous qui avez cru, n'abordez pas la prière en état d'ébriété jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites, ni en état d'impureté sauf pour ceux qui passent en chemin jusqu'à ce que vous t'es lavé}

Tout comme le verset interdisait à ceux qui croyaient d'approcher la prière en état d'ébriété jusqu'à ce qu'ils sachent ce qu'ils disaient, il leur interdisait également de prier pendant qu'ils étaient hors d'eux, à l'exception des passants, jusqu'à ce qu'ils se lavent.

 Les dictons diffèrent dans ce que l'on entend par "passants", tout comme ils diffèrent dans le sens de la proximité de la prière interdite, il a dit : Ce qui est signifié n'est pas d'être près des mosquées, ou d'y rester, pour celui qui est dans un état d'impureté rituelle, jusqu'à ce qu'il prenne un bain, sauf à passer par la mosquée ou juste à traverser, un groupe de compagnons avait l'habitude d'ouvrir les portes de leurs maisons dans la mosquée du Messager - que Allah le bénisse et lui accorde la paix - et c'est leur chemin vers et depuis ces maisons, il leur a permis de passer - alors qu'ils étaient hors d'eux - de ne pas rester dans la mosquée - ni de prier naturellement - sauf après s'être lavés

Et il a dit: Et il est interdit d’effectuer la prière pour le côté - sauf après lavage - sauf s'il est en déplacement, il lui est alors permis d'aller à la mosquée et de prier - sans faire le ghusl - mais avec tayammum, celui qui bloque le lavage - alors - tout comme il bloque les ablutions. .

Le premier dicton semble être plus évident, car le deuxième cas - le cas du voyage - a été mentionné dans le même verset par la suite, l'interprétation des voyageurs - en tant que voyageurs, crée une répétition de la décision dans le même verset, et cela n'est pas nécessaire :

{Et si vous êtes malade, ou en voyage, ou si l'un de vous vient de l'étron, ou si vous avez touché des femmes - et que vous n'avez pas trouvé d'eau - alors faites le tayammum avec du sable propre essuyez vos visages et vos mains, car Allah est Pardonneur}.

 Ce texte inclut le cas du voyageur - lorsqu'une impureté majeure lui tombe dessus et qu'il est dans un état d'impureté rituelle ayant besoin de ghusl, ou une impureté mineure, dans laquelle il a besoin d'ablution, pour accomplir la prière.

Et le texte l'assimile dans ce cas à quelqu'un qui était malade et qui a eu un événement majeur ou mineur, ou quelqu'un qui est venu de la défécation (et la défécation est un endroit bas dans lequel ils avaient l'habitude de soulager leurs besoins, il désignait donc l'action en venant du lieu de l'action) et il a subi une impureté mineure qui nécessite des ablutions, ou qui a touché les femmes.

Et dans {vous avez touché des femmes} aussi :

Dites : c'est une métaphore des rapports sexuels, il nécessite un lavage, et dire que cela signifie la réalité du toucher, toucher n'importe quelle partie du corps d'un homme avec le corps d'une femme, cela nécessite des ablutions dans certaines écoles de pensée, mais pas dans d'autres, avec les détails demandés dans les livres de branche, nous les mentionnons en général:

a) Le toucher nécessite absolument l'ablution.

(b) Le toucher nécessite l'ablution si celui qui touche est de ceux dont la luxure est éveillée en lui par le toucher, et si le tangible fait partie de ceux qui suscitent la convoitise par le toucher. 

(c) Le toucher nécessite l'ablution si celui qui touche lui-même sent - selon son appréciation dans chaque cas - que le toucher a déclenché un mouvement en lui-même.

D. Toucher ne nécessite pas du tout d'ablution, ni étreindre ou embrasser la femme.

Et chaque dicton a son soutien des actions ou des paroles du Messager, que Allah le bénisse et lui accorde la paix, en chemin différences jurisprudentielles dans les branches

Ce que nous préférons dans le sens de {ou tu as touché les femmes} c'est qu'il s'agit d'une métaphore de l'acte qui nécessite de se laver, ainsi, nous nous dispensons ici de toutes les différences dans la question des ablutions.

Dans tous ces cas mentionnés, si le cas nécessite un ghusl ou une ablution pour la prière, quand l'eau n'est pas disponible - et aussi quand il y en a, mais que son usage est nocif ou inabordable - il faut faire le ghusl et l'ablution : tayammum. Son nom vient du texte du verset.

(Alors faites bien votre tayammum)

Autrement dit, ils signifiaient un bon endroit, pur, et le niveau est tout ce qui était du sexe de la terre à partir de la poussière, ou pierre, ou un mur, même si la crasse était sur le dos de la bête, ou dans le lit de particules de saleté volatiles, quand y avait-il de la saleté qui volait en frappant les mains avec. 

La façon de faire le tayammum : soit en frappant d'une main sur une surface propre, ensuite, nous les refusons, essuyez après le visage, essuyez ensuite les mains jusqu'aux coudes soit deux coups : un coup dont le visage est essuyé, et un coup dont les bras sont essuyés, il n'est pas nécessaire de mentionner ici les différences doctrinales subtiles derrière cela, cette religion est facile, et dans la légitimité du tayammum, le sens de la facilitation est clair : {En effet, Allah est Pardonneur}.

C'est le commentaire évocateur de facilitation.

La gentillesse plutôt que la faiblesse et le pardon des manquements, et le pardon dans la négligence. .

Avant de finir de parler de ce verset et de cette leçon, nous nous tenons devant quelques touches dans ce court verset :

Nous nous tenons devant la «sagesse du tayammum». Nous essayons de clarifier ce que Allah nous facilite à partir de sa sagesse.

Certains chercheurs dans la sagesse de la législation et du culte islamiques se précipitent parfois pour expliquer ces décisions, d'une manière qui suggère qu'ils ont étudié cette sagesse; il n'y a plus rien derrière ce qu'ils ont enquêté, c'est une approche incorrecte pour confronter les textes coraniques et les décisions législatives, à moins qu'il n'ait stipulé son texte de sagesse. 

La première est que nous disons toujours : Voilà ce que nous avons pu découvrir de la sagesse du texte ou du jugement, et qu'il peut toujours y avoir des secrets de sagesse qu'il ne nous est pas permis de découvrir ainsi, nous plaçons notre esprit humain - à sa place - avant les textes et les décisions divines. Sans exagération ni négligence

Dire cela, parce que certains d'entre nous - y compris les plus sincères - aiment présenter les textes et les décisions islamiques aux gens et avec elle une sagesse spécifique, tirée de ce que les gens savaient de leur réalité ou de ce qui a été révélé par la « science moderne » c'est bien - mais dans des limites - qui sont les limites auxquelles nous avons fait référence dans le paragraphe précédent.

Il a souvent été mentionné à propos de la sagesse des ablutions - avant la prière - qu'il s'agit de propreté.

Ce sens peut être destiné à l'ablution, mais l'affirmation qu'il est lui seul, c'est la mauvaise méthode:

Il est arrivé un moment où certains débatteurs ont dit : Nous n'avons pas besoin de cette méthode primitive : la propreté est maintenant abondante, et les gens le font dans leur programme quotidien, si c'est la « sagesse de l'ablution », alors il n'y a pas besoin d'ablution, alors de prière mais plutôt pas besoin de prier non plus. 

Il a souvent été mentionné au sujet de « la sagesse de la prière » parfois ce sont des mouvements sportifs qui occupent tout le corps, et parfois ils s'habituent au système et deuxièmement, dans ses mouvements, et troisièmement, dans le système des rangées et l'imam etc, parfois c'est le contact avec Allah dans la supplication et la lecture, ceci et cela et cela peut être voulu, mais affirmer que ceci ou cela est la "sagesse de la prière" va au-delà de la saine méthodologie et de la limite de sécurité

Il est venu un temps dans le passé où certains d'entre eux disaient : Nous n'avons pas besoin des mouvements de prière sportive, divers exercices sportifs suffisent pour cela après que le sport soit devenu un art.

Certains d'entre eux ont dit : Nous n'avons pas besoin de prière pour rétablir l'ordre, nous avons l'armée - le domaine du plus grand système, et il y a du chant.

Certains d'entre eux ont dit : Il n'est pas nécessaire de dicter la forme de cette prière, le contact avec Allah peut se faire dans l'isolement et à l'écart, loin des mouvements des membres, qui peuvent perturber le regard spirituel.

Et ainsi de suite si nous allons "déterminer" la sagesse de chaque acte d'adoration, et la sagesse de chaque jugement, et nous le justifions selon "l'esprit humain" ou selon la "science moderne", alors nous sommes certains que c'est ce qui est voulu. 

Nous sommes très loin de la bonne approche pour confronter les textes et les décisions de Allah, nous sommes également loin de la limite de sécurité, nous ouvrons toujours la porte aux disputes, En plus de ce que nos explications portent d'une grave erreur, surtout quand on le relie à la science, la connaissance du cœur ne prouve pas le cas. Il est corrigé et modifié chaque jour

Et ici, dans notre sujet actuel - le sujet du tayammum - il semble que la sagesse de l'ablution ou du ghusl n'est pas "simplement" la propreté, sinon, l'alternative de l'un ou des deux n'atteint pas cette « sagesse » par conséquent, il doit y avoir une autre sagesse pour l'ablution ou le ghusl, il sera également vérifié dans "Tayammum".

Et nous ne voulons pas commettre la même erreur, alors nous en sommes certains, mais nous disons seulement : c'était - peut-être - la préparation psychologique pour rencontrer Allah, en faisant quelque chose, il sépare les préoccupations de la vie quotidienne ordinaire de la grande et honorable réunion, ensuite se fait le tayammum - de ce côté - le lieu de toilette ou le lieu d'ablution.

Derrière cela se cache la connaissance complète, compréhensive et bienveillante de Allah, avec les intrusions des âmes, et leurs courbes et chemins, que seul le doux, l'expert connaît, il nous reste à apprendre quelque chose de la littérature avec la grande Galilée, la Très-Haut, la Grande.

Nous nous tenons une fois de plus devant l'approche divine de la prière ; et de l'établir face à toutes les excuses et à tous les obstacles, et surmonter ces obstacles, Et la facilité apparente à remplacer tayammum par le lieu d'ablution, le lieu de lavage, ou leur place ensemble, lorsque l'eau n'est pas disponible ; Ou lorsqu'il est blessé par l'eau (ou lorsque peu d'eau est nécessaire pour boire et les nécessités de la vie) ainsi qu'en voyage (Même avec de l'eau dans les dictons).

Site de soutien au Messager d'Allah MuhammadIt's a beautiful day