La quarantaine

Auteur : Dr `Abd Allah Ibn ‘Abd Al-‘Azîz Al-Moslih
Traduit en : العربية English

Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit:

«Si vous entendez parler d’une épidémie de peste à un endroit, ne vous y rendez pas, et si elle se déclare dans un pays pendant que vous y êtes, n’en sortez pas»

(rapporté par Boukhârî et Mouslim).

Et il a dit:

«Celui qui fuit la peste est comme celui qui fuit le combat, et celui qui patiente lorsqu’elle se propage aura la récompense d’un martyr»

(rapporté par Ahmad).

La signification scientifique

Les sciences ont progressé et ont découvert les mondes cachés des créatures microscopiques, la façon dont elles se reproduisent, se propagent et causent les maladies et les épidémies. Et il est apparu que les gens en bonne santé et sur lesquels ne se manifeste aucun symptome de maladie sur le lieu de l’épidémie peuvent être en fait porteurs du microbe ou du virus et représentent un danger réel de contamination dans les lieux où ils peuvent se déplacer. C’est suite à la découverte de cette vérité que le système de la quarantaine, aujourd’hui mondialement connu, et qui interdit aussi bien de sortir du lieu de l’épidémie que d’y entrer, a été mis en place. Et c’est ainsi que si les vagues successives de peste qui ont frappé l’Europe au quinzième siècle ont pu anéantir le quart de sa population, les effets de ces épidémies sont restés beaucoup moins destructeurs à l’intérieur des frontières du monde musulman, à la même époque.

Le caractère miraculeux de la Sunna dans ce domaine:

Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) avait déjà fixé à son époque une règle fondamentale qui est aujourd’hui un principe de base de la médecine préventive moderne après avoir découvert les causes des maladies et des épidémies, à savoir celle de la quarantaine, et ceci pour empêcher leur propagation dans les villes et les agglomérations. Il affirma donc cette vérité scientifique en disant: «Si vous entendez parler d’une épidémie de peste à un endroit, ne vous y rendez pas, et si elle se déclare dans un pays pendant que vous y êtes, n’en sortez pas».

Et pour garantir l’application de ce conseil, il (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) construisit un mur infranchissable autour du lieu de l’épidémie – lorsqu’elle se produisit – et promit la récompense du martyr à celui qui n’en bougeait pas en espérant la rétribution divine. Parallèlement, il menaça le fuyard de malheur et de ruine, en disant: «Celui qui fuit la peste est comme celui qui fuit le combat, et celui qui patiente lorsqu’elle se propage aura la récompense d’un martyr». Ainsi, les musulmans furent les seuls à ne pas fuir le lieu de l’épidémie, exécutant l’ordre de leur Prophète, sans en connaître pour autant la sagesse, et ils furent pour cela la risée des non musulmans. Jusqu’à ce que l’on découvre que les bien-portants dont le système immunitaire était plus résistant et qui ne manifestaient aucun symptome de maladie étaient porteurs du microbe et représentaient un danger encore plus grave, lorsqu’ils se déplaçaient dans un autre endroit, que les vrais malades, du fait que les gens évitaient ces derniers