Edward Gibbon et Simon Ocklay

le témoignage de …

1) edward gibbon et simon ocklay disaient : « ce n’est pas la propagation, mais la permanence de sa religion qui mérite notre émerveillement ; la même impression, pure et parfaite, qu’il laissa à la mecque et à médine, se retrouve, après douze siècles, chez les indiens, les africains et les turcs, prosélytes du coran [...] les musulmans ont su résister, uniformément, à la tentation de réduire l’objet de leur foi et de leur dévotion au niveau des sens et de l’imagination de l’homme. “je crois en un seul dieu et en mohammad, son prophète” ; ceci renferme la profession de foi de l’islam, de façon simple et invariable. l’image intellectuelle de la divinité n'a jamais été dégradée par une idole, quelle qu’elle soit ; les hommages rendus au prophète n’ont jamais franchi la mesure de la vertu humaine ; ses préceptes vivants ont restreint l'amour que ses disciples lui portent dans les limites de la raison et de la religion. » edward gibbon et simon ocklay, history of the saracen empire, london, 1870, p. 54.

Next article

Articles dans la même catégorie