1. Articles
  2. Articles
  3. L’extraordinaire Coran (partie 1 de 9)

L’extraordinaire Coran (partie 1 de 9)

Sous catégorie : Articles
1253 2015/06/23 2020/10/21

Introduction

Une chose qui étonne souvent les non-musulmans qui étudient le Coran est que ce livre est assez différent de ce à quoi ils s’attendaient.  Ils s’attendaient, la plupart du temps, à découvrir un vieux livre issu du désert de l’Arabie, il y a quatorze siècles, et ce qu’ils découvrent ne ressemble en rien à cela.  Aussi, comme il s’agit d’un livre provenant d’une région désertique, ils s’imaginent qu’il parle nécessairement du désert.  Eh bien, le Coran parle effectivement du désert, surtout de manière métaphorique, mais il parle aussi, entre autres, des océans – et de ce que l’homme ressent lorsqu’il est pris dans une tempête en haute mer.

La marine marchande

Il y a de cela quelques années, nous avons entendu parler, ici, à Toronto, d’un homme qui gagnait sa vie dans la marine marchande.  Un jour, un musulman lui prêta une traduction du Coran.  L’homme ne connaissait rien à l’histoire de l’islam, mais était intéressé à lire le Coran.  Lorsqu’il le rendit au musulman, après l’avoir lu, il lui demanda : « Ce Mohammed était-il un marin? ».  Il posa la question, car il était impressionné de l’exactitude avec laquelle le Coran décrit une tempête en haute mer.  Quand le musulman lui répondit : « Non.  En fait, Mohammed vivait dans le désert », cela lui suffit comme réponse et il embrassa l’islam sur-le-champ.

S’il fut aussi impressionné par la description du Coran, c’est parce qu’il avait lui-même fait l’expérience des tempêtes en haute mer et qu’il savait, donc, que quiconque avait rédigé cette description avait sans aucun doute déjà vécu une telle tempête.  La description qui dit :

 « Des vagues la recouvrent, vagues au-dessus desquelles s’élèvent d’autres vagues, au-dessus desquelles se trouvent d’épais nuages. » (Coran 24:40)

… ne correspond pas à ce qu’une personne imaginant une tempête en haute mer aurait écrit, mais plutôt à ce qu’une personne ayant vécu une telle tempête aurait écrit.  C’est là un des nombreux exemples démontrant que le Coran n’est pas un livre lié à une période ni à un endroit précis.  Aussi, les informations à caractère scientifique qu’il contient ne semblent certainement pas provenir du désert, il y a de cela quatorze siècles.

La chose la plus minuscule

Des siècles avant la venue du prophète Mohammed, il existait une théorie bien connue de l’atomisme, avancée par le philosophe grec Démocrite.  Lui et ses successeurs croyaient que la matière était faite de particules minuscules, indestructibles et indivisibles appelées atomes.  Les Arabes croyaient la même chose.  En fait, le mot arabe dharrah faisait référence à la plus petite particule connue de l’homme.  De nos jours, la science nous apprend que cette plus petite particule de la matière (i.e. l’atome, qui possède les mêmes propriétés que ses éléments) peut être divisée.  Il s’agit d’une idée relativement nouvelle, qui date du 20e siècle.  Et pourtant, il est intéressant d’apprendre que cette information se trouvait déjà dans le Coran, qui dit :

 « Et rien ne Lui échappe, dans les cieux comme sur la terre, [cette chose] fut-elle du poids d’un atome, ou d’un poids plus grand ou moindre. » (Coran, 34:3)

Il ne fait aucun doute que ce verset a dû paraître étrange aux gens qui vivaient à l’époque de la révélation du Coran, même aux Arabes pour qui la dharrah était la plus petite chose qui pouvait exister.  Voilà bien la preuve que le Coran n’est pas dépassé.

Le miel

Un autre exemple de choses que l’on peut s’attendre à trouver dans un « vieux livre » qui parle de santé et de médecine sont des remèdes complètement dépassés.  Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a donné plusieurs conseils de santé et d’hygiène, que l’on retrouve dans les livres de hadiths (tradition prophétique).  Ces conseils sont toujours d’actualité et leur bien-fondé a été démontré par la médecine moderne.

      Le Coran est une révélation divine et les hadiths sont divinement inspirés.  Le Coran et certains hadiths font mention de certains remèdes.  Contrairement aux écrits médicaux d’aujourd’hui, il n’y a pas d’informations médicales dépassées dans le Coran et les hadiths.  Le Coran mentionne, entre autres, que le miel est un remède pour les gens.  Et personne, de nos jours, ne penserait à réfuter cette vérité.

Previous article Next article
Site de soutien au Messager d'Allah MuhammadIt's a beautiful day