1. Articles
  2. PROPHETE DE LA MISERICORDE
  3. LA LOYAUTÉ DU PROPHÈTE صلى الله عليه وسلم ET SON HONNÊTETÉ

LA LOYAUTÉ DU PROPHÈTE صلى الله عليه وسلم ET SON HONNÊTETÉ

Auteur : Khalid Abou Salih
Sous catégorie : PROPHETE DE LA MISERICORDE
178 2022/02/24 2022/11/29

Le Prophète صلى الله عليه وسلم était connu au sein de son peuple pour son honnêteté, sa loyauté, sa vertu, son esprit équilibré et sa participation dans les affaires sociales. Allah informa dans le Coran que les mécréants reconnaissaient son honnêteté, mais ils  traitèrent son message de mensonge par pur orgueil et par arrogance.

Les mécréants savaient pertinemment que Muhammad était honnête, mais ils traitèrent de mensonges ses paroles et ne crurent pas en lui par peur de perdre leur pouvoir et leur rang social. En effet, l’Islam place l’ensemble des gens au même niveau, l’arabe n’a pas plus de mérite que le non-arabe, comme le blanc par rapport au noir, le maître par rapport à l’esclave, sauf s’il se distingue par la piété et les bonnes œuvres.

Aboû Jahl, l’homme qui avait le plus d’aversion pour le Prophète صلى الله عليه وسلم rencontra Akhnass Ibn Charîk qui lui dit: « Ô Aboû Al-Hakam ! Informemoi au sujet de Muhammad, est-il véridique ou menteur ? Sache qu’à cet endroit nul n’écoute nos paroles parmi les habitants de La Mecque, si ce n’est nous deux. » Il répondit: « Malheur à toi ! Je jure par Allah que Muhammad est véridique et il n’a jamais menti !! Seulement, si la tribu des Banou Qousay s’attribue l’étendard, la distribution d’eau, la protection de la Kaaba (la garde de ses clefs, son entretien etc.…) et la prophétie, alors que reste-t-il au reste de Qouraich ?! » Il dit également: « Je jure par Allah que Muhammad est réellement un Prophète, mais depuis quand devrait-on suivre la tribu des Banou Abd Manâf ?... » 

Ainsi, il traita de mensonge le Prophète صلى الله عليه وسلم par peur de perdre son autorité sur les gens et son rang social. Ceci est tout aussi vrai pour les rabbins parmi les juifs et pour les prêtres parmi les chrétiens, qui connaissaient le Prophète صلى الله عليه وسلم aussi bien qu’ils connaissaient leurs enfants. Ils lisaient en effet dans leurs livres sa description صلى الله عليه وسلم et savaient qu’il était le dernier des Prophètes. Malgré tout, ils reniaient son message et rejetaient sa prophétie par peur de perdre leurs privilèges et leurs rangs sociaux. Mais surtout, ils trouvaient indigne que le dernier des Prophètes صلى الله عليه وسلم fasse partie du peuple arabe et non de leur peuple. 

Les Arabes connaissaient le Prophète pour sa loyauté jusqu’à l’avoir surnommé « le loyal ». Lorsque Khadîja bint Khouwaylid, riche femme parmi les Mecquois, eut connaissance de sa loyauté et de son noble caractère, elle lui proposa d’aller en grande Syrie (Chêm) avec une partie de sa marchandise pour la vendre arrivé là-bas. Le Prophète صلى الله عليه وسلم accepta sa proposition. Elle envoya avec lui Maysara, son servant, pour l’aider durant son voyage. Lorsqu’ils revinrent tous les deux à La Mecque, avec des bénéfices considérables, Maysara informa Khadîja de la loyauté et du bon comportement de Muhammad. Dès lors, elle voulut se marier avec lui, alors qu’elle avait déjà été maintes fois convoitée par des hommes de haut rang et par ceux qui détenaient l’autorité, pour sa noblesse, sa richesse et son esprit équilibré. Pourtant, elle refusa, car elle cherchait un autre genre d’homme, comme si son destin préparait pour elle en secret son futur bonheur, celui de la vie d’ici-bas et de l’au-delà. Le Prophète صلى الله عليه وسلم l’épousa et n’épousa aucune autre femme jusqu’à ce qu’elle meurt.

Previous article Next article
Site de soutien au Messager d'Allah MuhammadIt's a beautiful day