Le comportement du Prophète envers la mère et l’ignorant

le comportement du prophète envers la mère et l’ignorant
une autre preuve de la miséricorde et la tendresse du prophète envers les adultes et les enfants est le hadith suivant où il dit : « je débute la prière (en groupe) en ayant l’intention de la prolonger, mais lorsque j’entends les pleurs d’un enfant, j’allège ma prière pour ne pas tourmenter sa mère. »[1]
parmi les exemples de sa miséricorde, on peut également citer : « un bédouin, encore ignorant des prescriptions islamiques, pénétra dans la mosquée du prophète à l’intérieur de laquelle il urina. les compagnons du prophète s’empressèrent de le réprimander. le prophète leur dit : « laissez-le et ne l’empêchez pas. »[2] ensuite, le prophète le fit venir et lui dit : « il n’est pas convenable de faire dans les mosquées ce genre d’actions comme uriner ou répandre toute autre impureté. les mosquées ont au contraire été érigées pour évoquer allah, prier et lire le coran. »[3]
remarquez comment le prophète craignit que l'on porte préjudice à cet homme, si les compagnons l'avaient interrompu brutalement au milieu de son action. ainsi, le prophète leur ordonna de le laisser uriner dans la mosquée qui est l’endroit le plus pur qui soit, pour ensuite l’appeler afin de lui apprendre les bonnes manières et l’orienter vers la bonne voie avec douceur et délicatesse.
un autre homme vint voir le prophète et lui dit : « ô messager d'allah ! je suis perdu !! le prophète dit : « pour quelle raison ? » il répondit : « j’ai eu des rapports sexuels avec ma femme pendant mon jeûne[4] de ramadan. » le messager d'allah lui dit : « peux-tu affranchir un esclave ? » il répondit : « non ». ensuite, le messager d'allah lui dit : « peux-tu jeûner deux mois consécutifs ? » il répondit : « non ». enfin le messager d'allah lui dit : « peux-tu nourrir soixante pauvres ? » il répondit encore par la négative puis s’assit. le prophète fit venir un panier garni de dattes, puis le donna à l’homme et lui dit : « donne cela en aumône. » l’homme rétorqua : « y a-t-il donc plus pauvre que nous ? il n’y a pas une maison dans la ville qui n’ait plus besoin de ce panier si ce n’est nous. » le prophète sourit jusqu’à apercevoir ses canines, puis lui dit : « retourne parmi les tiens et nourris-les avec. »[5]
cet homme a commis une énorme faute au vu de l’islam. il devait donc être sanctionné par une des trois sanctions précitées. seulement le dénouement de son histoire se conclut par un cadeau offert par le prophète, avec lequel il pourra se nourrir lui et sa famille.
quelle bonté que celle du prophète ! quelle clémence que celle qui a pu permettre à ce fautif de retourner heureux auprès de sa famille, muni d’un cadeau de valeur prodigué par le prophète ! quelle leçon pédagogique que celle-ci, qui peut être prise par les éducateurs lorsqu’ils sont confrontés à la faute et à la maladresse humaine ! ceci est la réelle description de muhammad, le messager d'allah …
-----------------
[1]rapporté par boukhâry et mouslim.
[2]cela signifie qu’ils ne doivent pas faire en sorte qu’il s’arrête d’uriner, car cela pourrait lui causer du mal, donc laissez-le jusqu’à ce qu’il puisse terminer d’évacuer son urine.
[3]rapporté par boukhâry et mouslim.
[4]celui qui fait cela doit, d’après les prescriptions islamiques, affranchir un esclave, s'il n'en a pas les moyens, il devra jeûner deux mois consécutifs, de l’aube jusqu’au coucher du soleil, et s'il en est incapable, il devra nourrir soixante pauvres en une seule fois.
[5]rapporté par boukhâry et mouslim.
Previous article Next article