L’assemblée quotidienne du Prophète (partie 1 de 2)

Traduit en : Deutsch

Chaque jour, après avoir rendu visite à tous les membres de sa famille en fin de matinée, le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) retournait à la mosquée. Il y offrait deux unités de prière avant de s’asseoir. Il avait son endroit préféré pour prier, près d’une colonne que les gens d’aujourd’hui appellent la «Colonne des émigrants», au milieu de sa mosquée.

Puis, il s’asseyait contre le mur côté est, qui était rattaché à ses quartiers. La chambre d’Aisha, son épouse, se trouvait de l’autre côté de ce mur. Ses compagnons s’asseyaient autour de lui, comme ils le faisaient chaque jour. Quiconque souhaitait s’adresser au Prophète savait qu’il fallait aller à la mosquée à cette heure-là. C’était une assemblée ouverte et le nombre de personnes qui y assistaient variait d’un jour à l’autre. Lorsqu’ils étaient peu nombreux, ils s’asseyaient en demi-cercle autour du Prophète. Et lorsqu’ils étaient plus nombreux, ils faisaient des rangs, à gauche et à droite du Prophète, de sorte que si un visiteur de l’extérieur souhaitait lui parler, il pouvait s’approcher de lui aisément.

Au cours de ces assemblées, le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) implorait souvent le pardon de Dieu pour ses compagnons. Il faisait cette invocation à de nombreuses reprises avant la fin de l’assemblée: «Seigneur! Pardonne-moi mes péchés. En vérité, Tu es le Doux et Tu pardonnes souvent.»

Parfois, des hommes apportaient avec eux, à l’assemblée, les premières récoltes de dattes. Les dattes étaient la principale production de Médine et un aliment de base pour la majorité des habitants de la région. Les premières récoltes étaient donc toujours un moment heureux, qu’ils aimaient partager avec le Prophète. Il prenait les dattes dans ses mains et disait: «Ô Dieu! Bénis nos produits, bénis notre ville et bénis chaque mesure que nous mesurons. Ô Dieu! Abraham était Ton serviteur, Ton ami et prophète et en vérité, je suis aussi Ton serviteur et Ton prophète. Abraham T’invoqua en faveur de La Mecque et aujourd’hui, je fais la même invocation en faveur de Médine et Te demande de doubler ses bénédictions.»

Puis, le Prophète appelait le plus jeune membre de l’assemblée et lui donnait les dattes.

C’était le moment de l’assemblée où les gens se permettaient des conversations plus légères et partageaient diverses anecdotes. La dignité et le prestige des assemblées du Prophète ne privaient pas ses compagnons de ces moments de jovialité, entre eux. Le Prophète rapporta, un jour, la parabole suivante:

Un homme, au Paradis, demandera à Dieu de lui permettre de faire pousser des légumes. Dieu lui demandera: «N’as-tu pas, ici, tout ce que tu désires?» Et l’homme répondra: «Oui, mon Seigneur. Mais j’aime faire pousser des légumes.» Alors Dieu lui permettra de semer des graines, mais aussitôt qu’il les sèmera, elles germeront et produiront des plants prêts à être récoltés. Dieu lui dira alors: «Voilà pour toi, fils d’Adam, puisque rien ne semble te satisfaire.»

Alors qu’il racontait cette parabole, un Bédouin était dans la salle. Et, après que le Prophète eût terminé de parler, il dit: «Ô messager de Dieu! Je jure par Dieu que tu découvriras que cet homme est soi de la tribu de Qouraysh, soi de Médine, car ce sont, pour la plupart, des fermiers. Quant à nous, nous ne sommes pas des fermiers.» En entendant cela, tous les gens de l’assemblée, y compris le Prophète, se mirent à rire.

L’une des raisons d’être de ces assemblées matinales était l’occasion de rencontrer des gens arrivant de l’extérieur de Médine. Il était de coutume, pour les visiteurs et les délégations, de passer la nuit à l’extérieur de la ville à leur arrivée et d’entrer dans la ville le lendemain, après le lever du soleil. C’est ainsi que ces gens pouvaient aller rencontrer le Prophète dans sa mosquée.

Ce fut le cas, entre autres, de la délégation envoyée par la tribu de Moudar. Lorsqu’ils arrivèrent dans la mosquée, un matin, le Prophète vit tout de suite qu’ils souffraient de pauvreté et d’épuisement. Sa compassion pour eux se vit tout de suite sur son visage. Après la prière du midi, ce jour-là, le Prophète prononça un sermon sur les vertus de la charité. Peu de temps après, ses compagnons avaient réussi à rassembler une importante quantité de nourriture et une grande pile de vêtements pour les visiteurs de la tribu de Moudar.

Un autre matin, il reçut une délégation envoyée par la tribu d’Abd Qays. Il les accueillit en disant: «Bienvenue à votre délégation, vous qui n’avez jamais connu la disgrâce et qui ne connaîtrez jamais le regret.»

Il est possible que lorsque l’ange Gabriel se présenta au Prophète sous forme humaine, ce fut lors d’une de ces assemblées matinales. Il apparut sous la forme d’un homme avec des cheveux très noirs, portant des vêtements très blancs (immaculés). Sa tenue ne montrait aucun des signes que l’on retrouve chez ceux qui arrivent d’un long périple et nul ne le connaissait. Il s’avança tout de suite vers le Prophète et lui posa des questions sur l’islam, la foi, la vertu, et certains signes de l’approche du Jour Dernier.

C’est aussi lors d’une de ces assemblées que Dimam ibn Tha’labah vint voir le Prophète pour l’interroger au sujet des obligations religieuses du musulman. Après que le Prophète lui eût décrit la foi, la prière, le jeûne, la charité et le pèlerinage, Dimam répondit: «Je jure par Celui qui t’a envoyé avec la véritéque je ne ferai rien de plus et rien de moins que ce que tu m’as dit.» Puis, il se retourna et partit. C’est alors que le Prophète dit à ses compagnons: «S’il dit la vérité, il entrera au Paradis.»

Previous article Next article