Introduction

mon grand amour pour jésus

(dieu le libère de toute imperfection)

m'a amené à l'islam

simon alfredo caraballo

a.marie.a.z

traduit par

leila farhat

révisé par

prof. abdelmajid abidi

reprise générale: professeur hassani

i- introduction

en tant que catholique, j’ai été persuadé de croire que le catholicisme était la seule et unique vraie religion, et que le judaïsme était une préparation au christianisme. ainsi, les autres religions étaient-elles fausses. je ne pris connaissance pour la première fois de l’existence de l’islam, qu’en 1978.j’appris ainsi que les musulmans croyaient en l’origine divine du christianisme et du judaïsme et que le coran affirmait qu’allah avait envoyé des prophètes partout sur terre pour guider les hommes sur le chemin de la vérité et de la vertu.

afin de graver le message du christianisme au plus profond de la conscience des jeunes, l’église catholique avait conçu un plan qui, appliqué depuis la plus tendre enfance, devait sans failles influer sur le comportement des jeunes pour le restant de leur vie. le personnage central dans ce dessein est jésus (que la bénédiction et le salut de dieu soient sur lui). en commençant par sa naissance qui eut lieu, dit-on, en décembre jusqu’à sa présumée crucifixion à pâques, l'on exerce des pratiques et activités qui, des siècles après la disparition de jésus étaient inexistantes, mais qui furent introduites, non pas à la suite d'une révélation divine, mais par la volonté des hommes.

suivant une tradition vénézuelienne, le 24 décembre à minuit, je devais attendre l’arrivée de jésus chargé des cadeaux que je lui avais auparavant demandés dans ma lettre annuelle de souhaits. etant issu d’une famille pauvre et ayant plusieurs frères et sœurs, il était difficile pour « l’enfant jésus » de répondre positivement à tous mes souhaits.il m’arrivait plusieurs fois d’essayer de comprendre cette énigme: pourquoi jésus qui avait fait tant de miracles - selon ce que disaient les bonnes sœurs et les prêtres- ne pouvait-il pas m’apporter en cadeau un tricycle ? cela ne lui était pas bien plus facile à faire que de ressusciter des morts? c’est pour cela que, des années durant, j’étais toujours déçu par « l’enfant jésus ».

a l’approche de pâques, j’avais l’habitude de regarder la télévision qui diffusait des programmes qui retraçaient la vie de jésus et montraient comment il avait été longtemps maltraité, jusqu’à son supplice sur la croix et sa mort. c’est alors que j’étais pris par l'envie d'entrer dans le poste de télévision pour venir en aide à jésus, d’une façon ou d’une autre. je priais dieu pour qu'il lui vienne en aide et évite que son « fils » soit crucifié. je finissais toujours par aller pleurer en cachette puisque comme on nous l’avait appris, « un homme ne pleure pas ». je ne parvenais pas à comprendre pourquoi tant de cruauté était commise envers un homme aussi bon. par la suite, je me mis à ressentir un profond amour pour ce grand prophète d’allah. alors que chez d’autres enfants, c’était sans doute la concrétisation de leurs souhaits en cadeaux de noël, qui a éveillé et entretenu leur affection pour jésus.

si l’objectif de l’église avait été donc de nous inculquer d’une certaine manière, un sentiment de révérence pour jésus, en ce qui me concerne-t-elle y a réussi. j’appris à aimer jésus plus que mes propres parents.

toutefois, c’est durant mon enfance que je commençais à me poser des questions au sujet du pouvoir de dieu. ma conception de dieu était qu’il pouvait faire tout ce qu’il voulait. il avait créé l’univers, la terre, le soleil, la lune, les étoiles et les êtres humains. je me demandais donc, pourquoi il ne pouvait pas sauver jésus de la mort sur la croix.

il m’arriva une fois, dans le but de résoudre cette énigme, de grimper sur un petit mur dans notre arrière jardin et d’apostropher dieu en ces termes : «si tu es vraiment si puissant et que tu peux faire ce que tu veux, fais-moi voler en sautant de ce mur; sinon, je ne croirai plus en ta puissance, puisque par ailleurs, tu n’as pas pu sauver jésus de la croix, non plus.» heureusement, le mur n’était pas bien haut et évidemment, je suis tombé par terre. ainsi après chaque tentative de voler, je devins de plus en plus convaincu que dieu, n’était pas après tout, si puissant que cela. une analyse enfantine, c'et évident!

au début de mes études secondaires, mes parents m’autorisèrent à travailler avec un vieil homme qui était photographe; je l’accompagnais en plusieurs endroits. mon vieil ami photographe était connu pour sa pratique de la sorcellerie. où que nous allions, plusieurs de ses clientes lui demandaient de leur parler des événements futurs de leur vie. dans ce but, il fumait du tabac brun. tandis que le tabac se consumait et qu'il se réduisait en cendres, mon vieil ami « révélait » des choses à ses clientes. j’appris par ailleurs qu’il avait l’habitude d’hypnotiser ses clientes afin qu'elles lui avouent inconsciemment leurs secrets. il se mettait par la suite à leur débiter ces secrets en les faisant passer pour d'authentiques révélations.

toutes ces expériences étaient imprimées dans ma conscience dès mon plus jeune âge. en ces temps là, mes parents fréquentaient un centre spécialisé en parapsychologie. je les y accompagnais plusieurs fois pour voir de quoi il s’agissait, et c’est dans ce centre que j’appris les concepts de méditation, d’esprits, de possession et ce que je croyais être les morts parlant aux vivants 1, etc. c’est à cet endroit que j’ai appris à prier deux fois par jour devant un petit autel construit par mon père avec beaucoup de soin et de dévouement. durant l’une des réunions à laquelle j’assistais, le chef de la séance me prépara un talisman qui, d’après lui, me protégerait ; et donc je l’emportais avec moi partout où j’allais.

entre temps, je continuais à penser à la crucifixion de jésus. mon père avait un livre qu’il lisait fréquemment, intitulé « la vie de jésus dictée par lui-même ». il me raconta une fois que d’après ce livre, jésus avait visité divers endroits en dehors de jérusalem, ce qui m’a rendu un peu plus optimiste au sujet de la question de sa crucifixion.

quand j’ai terminé mes études secondaires, j'ai eu l’opportunité d’obtenir une bourse pour des études d'ingénieur aux etats-unis d’amérique; ce que j’acceptais avec joie. avant mon départ pour les usa en 1977, j’ai eu une expérience qui influa négativement sur ma foi de chrétien. je vis un jour deux chrétiens secourir un homme pris par une crise d’épilepsie en pleine rue. par la suite, ils ouvrirent le portefeuille du malade et y prirent une partie de son argent. 2 en dépit du fait que l’on ne peut pas juger la validité ou l’invalidité d’une religion d’après des actes d'individus isolés comme ceux-là, cet incident m’affecta énormément. il est possible que beaucoup de gens trouvent cet incident insignifiant; moi par contre, qui avais vu mon frère sévèrement puni pour avoir ramené à la maison l’équivalent d’un quart de dollar, trouvé dans la rue, sans qu'il ait pu fournir à cela une valable explication, l'épisode du portefeuille m'avait grandement marqué.

1

en réalité, les morts ne parlent pas aux vivants. c’est plutôt les diables qui imitent la voix des morts, ainsi communiquent-ils par l’intermédiaire des vivants. d’autre part, la simple récitation de versets et surates du coran a un réel impact sur les mauvais esprits, puisqu'elle les fait disparaître. ceci est en principe à la portée de tout musulman fidèle. concernant ceux qui prétendent qu’ils ne vénèrent nul autre qu’allah ou qui utilisent la bible pour débarrasser de misérables malades en possession du diable, en vérité ils n’agissent qu’en accord avec ces mauvais esprits ou en utilisant un groupe contre un autre, afin de se débarrasser des uns ou des autres.

2

des textes de la bible condamnent de manière explicite le vol et autres mauvaises actions comme il est dit dans les dix commandements; "alors dieu prononça toutes ces paroles, en disant: je suis l'eternel, ton dieu…tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. tu ne te feras point d'image taillée,… tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'eternel,. tu ne prendras point le nom de l'eternel, ton dieu, en vain; honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'eternel, ton dieu, te donne. tu ne tueras point. tu ne commettras point d'adultère. tu ne déroberas point. tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain. tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain." (exode 20- 1-17)

ces recommandations se retrouvent dans la bible, dans des textes qui sont en accord avec le saint coran; leur effet est cependant en diminution du fait de l'existence d'autres textes dans la bible même, qui les contredisent et appellent au contraire. grâce à allah clément et miséricordieux qui a révélé le saint coran, dernier texte sacré qui annule les précédents!

,

,
Next article

Articles dans la même catégorie