عربي English עברית Deutsch Italiano 中文 Español Français Русский Indonesia Português Nederlands हिन्दी 日本の
Connaître Allah
  
  

   

iv. l’authenticité du coran

 

 

      le    dernier     livre    révélé     par   allah    à   l’humanité,      le coran,  est   resté    intact,    préservé  de    tout   changement humain   pendant   désormais   plus   de   1400   ans.1   le   dernier message d’allah fut révélé au prophète mohamed sur une période   de   vingt-trois   ans.   il   fut   révélé   en   segments   de différentes longueurs. aussitôt que le prophète mohamed recevait      un    segment, il  en récitait    les   versets     à   ses compagnons   qui, à    leur    tour,    les    écrivaient      et   les mémorisaient.   de    plus,    le  prophète   indiquait  l’endroit précis où chaque segment doit être placé dans le corps de la compilation complète du texte. de cette façon, le coran, dans sa totalité, a été écrit et mémorisé par des centaines de ses disciples durant toute sa vie. abu-bakr, le premier calife,   chargea   zeid-ibn-thabet   de   compiler   un   volume authentique,  sous     forme     d’un     livre,   après    la   mort     du prophète.   par   la   suite,   sur    ordre    du    troisième  calife, othman-ibn-affene,  sept    manuscrits   compacts   furent préparés  et   envoyés      aux    différents centres     du   monde islamique. l’existence du coran dans son texte original, en arabe, l’existence   de   millions   de   personnes   qui   le   mémorisèrent avec     précision  et  exactitude, en   différentes     parties    du monde  et  l’accord  total   entre    toutes   ces   copies    et   ces manuscrits  témoignent   de   l’authenticité  de la  dernière révélation envoyée par allah à l’humanité.

     le   coran   dans   sa   totalité   est  la   parole   de   dieu,   dans son   fond   et   dans   sa   forme,  sans   adjonction   ou   omission. quand       allah    dit   dans   le   coran: «dis: "il  est    allah, unique"», le prophète mohamed, qui est le messager, ne pouvait supprimer un mot ni même une lettre de la parole divine. il doit dire «dis: "il est allah, unique"» et cela sans   omettre   la   forme   impérative   du   verbe.   de   plus,   les hadiths   prophétiques   qui   sont   la   deuxième   source   de   la législation   islamique   et   qui   ont   été   eux   aussi   révélés   par allah dans leur signification et non dans leur forme, sont consignés       et  gardés    à  part,   dans    des   livres   de  hadiths. quant à la bible, c’est un   mélange de   discours présumés dits    par   dieu,     accompagnés   à  d’autres,     attribués    aux prophètes et d’autres encore, référés par des personnes.

     il est évident pour quiconque lit le coran, que ce livre se concentre entièrement sur l'unicité d'allah (taouhid). il ne   décrit   pas   la   vie   du   prophète   mohamed   ou   ses   actes héroïques, comme la plupart des gens peuvent s’imaginer. quiconque lit le saint coran voit avec clarté que celui-ci promeut  la  croyance     en   l’unicité    (taouhid)     d’allah,    le glorifie, respecte  ses    commandements  et   appelle  à s’abstenir de ce qu’il a interdit. le coran fait référence à mohamed en tant que messager de dieu comme tous les messagers   qui   l’ont   précédé.   au  chapitre   3, verset   144, on    peut   lire   «muhammad   n'est   qu'un   messager   - des messagers  avant  lui   sont  passés  -.   s'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur  vos talons? quiconque  retourne  sur    ses  talons ne nuira  en  rien à allah;  et allah récompensera  bientôt  les  reconnaissants.»          

 le prophète  est  aussi décrit    comme  étant  incapable d'intervenir  au   bénéfice    de   quiconque,  même  sa  propre personne, sans la permission d’allah.  chapitre 7, verset

188  nous   fait   savoir   «dis: "je ne détiens pour moi- même         ni   profit    ni   dommage,   sauf  ce  qu'allah veut.  et  si   je connaissais   l'inconnaissable, j'aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m'aurait touché. je ne suis, pour les gens qui croient, qu'un avertisseur et un annonciateur".»

      en effet, certains versets reprochent même au prophète certaines      de  ses   actions;    d’autres  versets  lui  lancent  de sévères  avertissements. dans   une  des    sourates, il  est question d'un aveugle  qui s’approcha   du    prophète mohamed  alors que celui-ci   appelait  les  riches    de   la mecque à se convertir à l’islam; ainsi il l’interrompait en le suppliant de l’instruire. le prophète fronça les sourcils et   ignora   le   vieillard, car il   savait   que   c'était   un   homme pieux   qui   pouvait   sans   aucun   mal   attendre   la   fin   de   la réunion. cependant, le prophète fut blâmé par allah dans le    coran  au   chapitre 80,   versets 1-11 «il    s'est renfrogné et il s'est détourné, parce que l'aveugle est venu à lui. qui te dit: peut-être (cherche)-t-il à se     purifier? ou  à  se  rappeler  en   sorte     que     le rappel   lui   profite?   quant   à   celui   qui   se   complaît dans  sa suffisance (pour sa richesse), tu vas avec  empressement   à   sa    rencontre. or,  que t'importe qu'il ne se purifie pas". et quant à celui qui vient à toi avec empressement, tout en ayant la crainte, tu   ne   t'en  soucies pas.     n'agis     plus ainsi ! vraiment ceci est un rappel.» celui   qui   lit   le   coran   peut   également   être   surpris   en lisant   chapitre       69,  versets 44-47, qui s’adressent  au prophète  mohamed:  «et    s'il   avait forgé  quelques paroles  qu'il  nous avait attribuées, nous l'aurions saisi de la main droite, ensuite, nous lui aurions tranché l'aorte. et nul     d'entre  vous n'aurait pu lui servir de rempart.»

     d’ailleurs,  les  païens  du temps  du  prophète l’accusaient       d’être   lui-même  l'auteur et  falsificateur  du coran. c’est à ce moment-là qu’allah révéla au prophète plusieurs versets dans lesquels il lançait aux païens le défi de produire un livre semblable au coran. au chapitre 17, versets 88, on peut lire «dis: "même si les hommes et   les   djinns   s'unissaient   pour   produire   quelque chose de semblable à ce coran, ils ne sauraient produire  rien  de  semblable, même  s'ils  se soutenaient les   uns les    autres".»  de même, au chapitre  52,  versets 33-34,    il  est   dit  «ou     bien     ils disent:   "il   l'a   inventé   lui-même?"   non...   mais   ils ne croient pas. eh bien, qu'ils produisent un récit pareil à lui (le coran), s'ils sont véridiques». mais ils   ne   réussirent   jamais   à   le  faire.   plus   tard,   le   défi   fut réduit   à   dix chapitres,   comme   il   nous   est   dit   au  chapitre 11, verset 13, où l’on peut lire: «ou bien ils disent: "il l'a    forgé     (le   coran)"-  dis: "apportez  donc dix sourates   semblables   à   ceci,   forgées   (par   vous). et   appelez   qui   vous   pourrez   (pour   vous   aider), hormis   allah,   si   vous   êtes   véridiques".»   mais   ils échouèrent encore.

     ensuite, le défi fut réduit à un seul et unique chapitre. le  chapitre   2,  versets   23-24,   nous   informe:   «si   vous avez   un   doute   sur   ce   que   nous   avons   révélé   à notre serviteur, tâchez donc de produire       une sourate   semblable   et   appelez   vos   témoins,   (les idoles)       que  vous adorez en dehors  d'allah, si vous   êtes   véridiques.   si   vous   n'y   parvenez   pas et, à   coup sûr, vous  n'y  parviendrez jamais, parez-vous donc contre le feu qu'alimenteront les hommes  et  les pierres,      lequel  est  réservé  aux infidèles.» au chapitre 10, verset 38, on peut lire: «ou bien ils disent: "il (muhammad) l'a inventé?" dis: "composez   donc   une   sourate semblable   à   ceci, et  appelez  à  votre  aide     n'importe  qui vous pourrez, en dehors  d'allah, si vous êtes véridiques".»

     ils échouèrent  toujours. tout  cela  prouve  que  les implacables   ennemis   de   l’islam,   malgré   leur   très   grande éloquence   en   arabe,   ne   parvinrent   jamais   à   composer   un seul chapitre semblable à ceux du coran. s’ils avaient été à   la   hauteur   du   défi,   ils   se   seraient   épargnés   le   temps   et l’effort qu'ils ont dépensé  pour mettre un terme à l’islam par la force.

     contrairement à la bible, le saint coran est exempt de toute   erreur,   anomalie,   contradiction   et/ou   conflit   avec   la raison et/ou la science. au chapitre 4, verset 82, on peut lire:   «ne méditent-ils donc pas sur le coran? s'il

provenait   d'un   autre   qu'allah,   ils   y   trouveraient certes maintes contradictions!»

     le coran  qui   fut  révélé    il  y  a   quatorze     siècles   a mentionné   des   faits   qui   n’ont   été   découverts   ou   prouvés par les hommes de science, que récemment. c’est au-delà de    la   limite    du   raisonnable      de    penser    qu’un     homme analphabète 1400 ans auparavant, ait pu connaître des faits qui n’ont été découverts ou prouvés que depuis très peu de temps   et   cela   grâce   à   des   équipements   sophistiqués et   au bout de longues et très prenantes recherches scientifiques.

     ceci prouve sans le moindre doute que mohamed (la paix   d’allah   soit   sur   lui)   est   un   vrai   prophète   d’allah   et que le coran n’a pas été composé par lui, ni par tout autre humain.  par    exemple,      allah     parle   avec     vivacité    des différentes phases     du   développement         embryonnaire  de l’homme  en   ces termes: «nous avons certes  créé l'homme d'un extrait d'argile. puis nous en fîmes une   goutte   de   sperme   dans   un   reposoir   solide. ensuite,  nous  avons  fait     du     sperme une adhérence; et de l'adhérence nous avons créé un embryon; puis, de cet embryon nous avons créé des os  et  nous  avons revêtu     les    os   de    chair. ensuite, nous l'avons  transformé  en une tout autre      création. gloire à allah  le   meilleur des créateurs! » [coran 23: 12-14]

     le   saint   coran   parle   également   de   la   formation   de l’univers. au chapitre 21, verset 30, on peut lire: «ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre  formaient  une   masse  compacte?  ensuite nous  les    avons  séparés  et   fait   de    l'eau    toute chose vivante. ne croiront-ils donc pas?» rien de surprenant   donc   que   le   sujet   de  ce   verset   ait   été   celui   du prix nobel en 1973, alors que la science moderne prouve que 80% du cytoplasme de la cellule vivante est constitué en fait, d’eau. que mohamed (la paix d'allah soit sur lui), un     homme        analphabète  2,       dise    cela    quatorze      siècles auparavant, est une preuve évidente que le coran n’est rien d'autre   que   la   parole   de   dieu   et   que   mohamed   est   son messager.

 

1   dans   son   livre:  "vie   de  muhammad",   le  critique   écossais   non musulman, sir  william    muir   écrit  au  sujet  du   coran:   "il  n'  y  a probablement   dans   ce   monde   aucun   autre   livre   que   le   coran   dont   le texte ait conservé intacte son authenticité tout au long de douze siècles." l'italienne laura veccia vaglieri écrit elle, dans son livre "défense de l'islam":   "nous    disposons   d'une   ultérieure  preuve   que   le  coran   est d'origine    divine  qui  est  son  texte qui   s'est  admirablement     conservé intacte   sans   altération   le   long   des  siècles   depuis   sa   révélation   jusqu'à nos jours; son texte restera tel quel, sans altération par la grâce d'allah jusqu'au jour du jugement." (p.58) a la fin de son livre, elle écrit: " à ce livre donc qui n'a été altéré ni par ses amis ni par ses ennemis, ni par les doctes, ni par les analphabètes; livre sur lequel le temps s'est révélé sans prise, livre resté intacte jusqu'à aujourd'hui comme au temps où allah l'a révélé au profète illettré et dernier des messagers." (p. 133)

2 au chapitre  29, verset 48, allah dit: “ et avant cela, tu ne récitais aucun livre et tu n'en écrivais aucun de ta main droite. sinon, ceux qui nient la vérité auraient eu des doutes.”

 

,



                      Previous article                       Next article




Bookmark and Share


أضف تعليق

Vous avez besoin de: الحجم : 2.26 ميجا الحجم : 19.8 ميجا