La filiation divine

vii- les doctrines du christianisme et de l’islam

la filiation divine

cette doctrine, comme celles traitées précédemment, n’est pas conforme aux enseignements et aux paroles de jésus. dans la bible, cette même expression a été utilisée pour faire référence à adam (luc 3: 38) et à plusieurs des premiers prophètes qui le précédèrent. israël, par exemple, a été appelé le ‘fils de dieu’ dans un des livres de moïse: «tu diras à pharaon: ainsi parle l'eternel: israël est mon fils, mon premier-né.» (exode 4: 22)

en outre, dans le psaume, le même titre a été attribué à david: «je publierai le décret; l'eternel m'a dit: tu es mon fils! je t'ai engendré aujourd'hui.» (psaume 2: 7) de même, dans 1 chroniques 22:10, salomon a été appelé fils de dieu: «ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom. il sera pour moi un fils, et je serai pour lui un père; et j'affermirai pour toujours le trône de son royaume en israël».

selon les déclarations susmentionnées et d’après bien d’autres, citées dans la bible, il a été établi que le mot ‘fils ’ signifie en réalité un être proche d’allah et lié à lui par le sentiment d’amour. jésus dit même, dans les versets suivants: «…aimez vos ennemis … afin que vous soyez fils de votre père qui est dans les cieux; » (mathieu 5: 44- 45). «heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de dieu!» (mathieu 5: 9).

si on analyse tout ce qui a été cité précédemment, le sens que jésus attribuait au mot ‘fils ’ ne fait plus aucun doute. ces faits prouvent qu'il n’y a pas de raisons de considérer jésus, exclusivement et uniquement, le fils de dieu. quand jésus utilisa la clause ‘fils de dieu’, cela signifiait précisément la même chose que ce qui était utilisé pour adam, israël, david et salomon. jésus a été mentionné 13 fois comme le ‘fils de dieu’ dans la bible, alors qu’il a été mentionné 83 fois comme le ‘fils de l’homme’ le coran rejette de façon énergique et catégorique le dogme de la ‘filiation’; dans la sourate 2, versets 116: «et ils ont dit: "allah s'est donné un fils"! gloire à lui! non! mais c'est à lui qu'appartient ce qui est dans les cieux et la terre et c'est à lui que tous obéissent.».

de nouveau, la raison et le bon sens sont du côté de l’islam. un être qui provient d’un autre être et qui existe comme un individu à part, ne peut devenir son égal ni être considéré parfait. de plus, attribuer un fils à dieu reviendrait à nier et refuser implicitement la perfection de dieu; ceci impliquerait que dieu a besoin d’un autre être à part lui-même.

,
Previous article Next article

Articles dans la même catégorie