Le Dhikr fait partie des Sounnah quotidiennes

Et le plus méritoire de ces Dhikr est la lecture du Livre d’Allah le Très- Haut pour laquelle les premiers musulmans ont veillé la nuit, fuyant leurs couches. Allah dit: "Ils dormaient peu la nuit et, aux dernières heures de la nuit, imploraient le pardon d’Allah"[Adh-Dhâriyât, 18]. Non seulement ils récitaient, au cours de leurs nuits, le Livre d’Allah le Très-Haut, mais en plus ils prononçaient les Dhikr rapportés du Messager d’Allah. Leurs nuits, remplies de ferveur, étaient donc bien différentes des nôtres, remplies d’insouciance, et parfois même de désobéissance au Seigneur!


Hammâd ibn Zayd rapporte, d’après ‘Atâ’ ibn As-Sâïb, ces paroles de ‘Abd Ar-Rahmân: « Le Coran nous a été enseigné par des hommes qui nous ont informés qu’ils ne mémorisaient pas plus de dix versets sans en connaître le sens. Nous apprenions donc le Coran et la manière de le mettre en pratique, en même temps. Puis, viendront après nous des gens qui liront le Coran comme on boit de l’eau, sans que celui-ci ne dépassent leur gorge [pour atteindre leurs cœurs]. » Voir Siyar a’lâm an-noubalâ’ (4/269).

Previous article Next article